"On aurait été plus applaudis si on avait perdu" : Pouille et les joueurs français taclent la presse après la victoire en Coupe Davis

DirectLCI
TENNIS - Sitôt la Coupe Davis conquise dimanche à Villeneuve d’Ascq, plusieurs joueurs de l’équipe de France - dont le héros du jour, Lucas Pouille, vainqueur du match décisif - n’ont pas hésité à glisser quelques tacles à l’attention de la presse. Selon eux, les journalistes n’ont pas été tendres avec eux ces dernières années, voire à l’approche de cette finale.

Une émotion à la hauteur de la pression médiatique accumulée ? Vainqueur de Steve Darcis (6-3, 6-1, 6-0) dimanche au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq, Lucas Pouille a offert à l’équipe de France le troisième point décisif qui lui a permis de conquérir la dixième Coupe Davis de son histoire, la première depuis seize ans. Un succès dans cette épreuve mythique qui a bouleversé le joueur nordiste, terrassé par l’émotion juste après la balle de match. En pleurs pendant de longues secondes, le n°2 français a logiquement vu ses nerfs lâcher dans la foulée de la plus grande victoire de sa carrière. Mais c’est peut-être aussi la pression médiatique et certains commentaires qui ont heurté la sensibilité du jeune Français de 23 ans.

Ainsi, dès sa première réaction, livrée au micro de France Télévisions, Pouille a-t-il rapidement évoqué "ceux qui (l)’ont enterré vendredi" après sa défaite contre David Goffin, le n°1 belge et n°7 mondial (7-5, 6-3, 6-1). Signe que les analyses du début du week-end l’avaient heurté. Quelques minutes plus tard, l’élève d’Emmanuel Planque a été encore plus explicite à son arrivée en conférence de presse en lançant aux journalistes "On aurait été plus applaudis si on avait perdu !" "Pourquoi tu nous dis ça ? Tu es le héros de la journée", l’a alors interrogé un journaliste. Réponse de Pouille : "Je ne suis pas le héros de la journée. On est tous les héros. On a tous contribué à gagner. On est tous très heureux de la gagner. Ce qui est important, c'est ce que l'on pense et ce que l'on vit entre nous."

"Mousquetaires", je trouve ça assez grotesqueRichard Gasquet

Globalement, à plusieurs reprises, les réactions des joueurs tricolores ont semblé tourner autour de ce ressentiment à l’égard de la presse. Comme une plaie ouverte que les membres de l’équipe de France ressentent douloureusement. Ainsi, Richard Gasquet, lui, s’est attaqué au surnom de "Mousquetaires" décerné par certains journalistes depuis des années à l’évocation de la génération Tsonga-Monfils-Gasquet-Simon, comparée aux "vrais" Mousquetaires des années 1920-30 (Lacoste, Borotra, Cochet, Brugnon) : " On n'a jamais demandé à être appelés les Mousquetaires. Cela fait dix ans qu'on entend ce truc, je trouve ça assez grotesque, mais bon on l'a pris."

Le n°1 français Jo-Wilfried Tsonga y est aussi allé de son petit tacle à l’encontre de la presse française : "J'ai toujours été catalogué comme un joueur qui ne gagne pas, surtout en France, donc aujourd'hui au moins je peux dire que j'ai gagné la Coupe Davis et c'est déjà pas mal." Visiblement, la victoire aidant, les hommes de Yannick Noah ont rapidement eu envie de régler des comptes en ce jour de gloire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter