Open d’Australie : Federer-Nadal, l’histoire continue

Open d’Australie : Federer-Nadal, l’histoire continue

DirectLCI
CLASSIQUE - Les fans de tennis sevrés du plus grand duel de l'histoire en finale de Grand Chelem depuis Roland-Garros 2011 vont se régaler ce dimanche (09H30) avec le duel des revenants entre Roger Federer et Rafael Nadal.

Le plaisir est d'autant plus grand qu'il y a encore quelques mois, un tel dénouement à Melbourne était inimaginable entre ces deux anciens vainqueurs de l’Open d’Australie : Roger Federer quatre fois (2004, 2006, 2007, 2010) et Rafael Nadal une (2009). Absent du circuit pour soigner une blessure au poignet, le Suisse était tombé à la 17e place mondiale, son plus bas classement depuis 2001. L'Espagnol n'était guère en meilleure posture (9e), à cause d'un problème au poignet qui avait empoisonné sa saison 2016.

Ils n'ont jamais cessé de croire en leurs chances de renouer avec la victoire en Grand Chelem, après quatre ans et demi de disette pour Federer (Wimbledon 2012) et deux ans et demi pour Nadal (Roland-Garros 2014). Les revoilà en piste dans une neuvième finale majeure ! Aucune confrontation n'a été aussi souvent à l'affiche au dernier jour d'un Grand Chelem.


Il y a eu toutes sortes de matches entre ces deux géants: une victoire facile de Federer (Wimbledon 2006), des cavaliers seuls de Nadal à Roland-Garros et des combats épiques, comme les finales de Wimbledon 2007 et 2008, gagnées l'une par le Suisse et l'autre par l'Espagnol. Ce qui ressort de leurs face-à-face, c'est la très nette domination de Nadal : 6 à 2 en finale de Grand Chelem, 9 à 2 si l'on ajoute 3 demi-finales gagnées par le Majorquin, et 23-11 dans l'ensemble de leurs matches.

Nadal favori ?

Nadal a toujours appliqué la même tactique, pilonner le revers de Federer avec son grand coup droit lifté de gaucher, s'accrocher en défense pour le faire rater. Le Suisse a tout essayé : monter au filet, abréger les échanges, tenir du fond du court.... De là à dire que l'Espagnol est le grand favori, il y a un pas qu'il serait hasardeux de franchir car trop de temps a passé depuis leur dernier rendez-vous au sommet pour qu'un pronostic soit fiable.

Federer pourrait avoir l'avantage de la fraîcheur physique car il a passé bien moins de temps sur le court depuis quinze jours : 13h40 contre 18h59. Surtout l'Espagnol a eu un jour de moins pour récupérer de son marathon des demi-finales contre le Bulgare Grigor Dimitrov (4h 57 min). Mais c'était aussi le cas en 2009, après un match épique face à Fernando Verdasco, et c'était pourtant le Suisse qui avait fini en pleurs au moment de la remise de la coupe. 


Ce match a toutes les chances de rester dans l'histoire, ne serait-ce que parce que si Federer l'emporte, il portera son record à 18 titres du Grand Chelem, le mettant peut-être à l'abri d'un retour de Nadal (14). A 17-15, la course serait en revanche relancée. L'Espagnol serait le premier joueur de l'ère professionnelle vainqueur au moins deux fois des quatre tournois majeurs. 

Plus d'articles

Sur le même sujet