Roland-Garros : 3 bonnes raisons de suivre la finale entre Serena et Muguruza

TENNIS

TENNIS - On le sait, depuis quelques années, le tableau féminin soulève moins les foules que le masculin. La finale du tournoi n'échappe malheureusement pas à la règle, même si, samedi à 15 heures, la confrontation entre Serena Williams (34 an, n° 1) et Garbine Muguruza (22 ans, n° 4) vaut vraiment le détour.

De la revanche dans l'air
Les deux finalistes du jour traînent une vilaine blessure. On ne parle pas des "problèmes d'adducteurs" de Serena Willliams, mais bien de sa cinglante élimination au deuxième tour du tournoi en 2014 contre... Garbine Muguruza. "J'ai beaucoup appris de cette défaite, a confié l'Américaine en conférence de presse vendredi. Ce match a changé énormément de choses pour moi". Une remise en question qu'a aussi dû opérer l'Espagnole, battue par la n° 1 mondiale il y a presque un an en finale de Wimbledon. "Je n'ai pas souvenir d'avoir fait de grosses erreurs dans le jeu durant cette rencontre, a pourtant expliqué Muguruza. Mais j'ai mal géré mes émotions, c'est tout. Depuis j'ai progressé à ce niveau-là".


Un record à égaler
Si Serena Williams parvient à reporter son quatrième Roland-Garros (après 2002, 2013 et 2015), elle atteindrait ainsi le record mythique de 22 titres en Grand Chelem, toujours détenu par l'Allemande  Steffi Graf . Une marque qui permettrait à l'Américaine d'entrer définitivement dans l'histoire du tennis féminin (d'autant qu'elle pourrait ensuite la dépasser) et faire taire l'éternel débat autour d'un talent uniquement basé sur le physique et la domination d'un circuit sans concurrence. "J'ai 21 titres et c'est déjà énorme, a commenté Serena. Bien sûr, je voudrais en gagner un de plus et même d'autres. Mais ce sur quoi je dois me concentrer, c'est mon jeu, mon tennis. Pas le reste". 

Un changement de génération
Depuis des années que Serena Williams écrase le circuit féminin, elle a remporté son premier Grand Chelem (l'US Open) en 1999..., certains commencent sérieusement à trouver le temps long. Résultat, beaucoup attendent que Garbine Muguruza renverse l'Américaine, comme c'était déjà le cas l'été dernier à Wimbledon. "Je me rappelle que pendant la finale, le public était plutôt de mon côté, se remémore l'Espagnole. Les gens disaient qu'ils voulaient voir de nouvelles têtes, du sang neuf". Surtout, tout le monde attend qu'une nouvelle patronne entraîne dans sa roue une concurrence rajeunie et qu'à nouveau, côté dames, on puisse voir des tournois épiques. Muguruza sera peut-être celle-là.

À LIRE AUSSI
>> Bartoli avait raison, Serena a bien "des problèmes aux adducteurs"
>> Toute l'actu de Roland-Garros

Lire et commenter