Roland-Garros : Jan De Witt, l’homme qui a changé Simon et Monfils

Roland-Garros : Jan De Witt, l’homme qui a changé Simon et Monfils

DirectLCI
TENNIS - Entraîneur de Gilles Simon depuis deux ans et de Gaël Monfils depuis début 2015, Jan De Witt est un personnage. Méticuleux et méthodique, le coach allemand est en train de révolutionner à sa façon le petit monde du tennis français, avec une approche du jeu bien à lui et qui porte visiblement ses fruits.

Short et chaussettes blanches qui dépassent de ses chaussures en daim, Jan De Witt est allemand, c’est sûr. Mais loin d’être un “touriste” dans le milieu, l’ancien coach de Jarkko Nieminen ou de Viktor Troicki est plutôt considéré comme un des techniciens les plus pointus du circuit. “Il décortique tout, les matches, adversaires, tout”, expliquait Gaël Monfils en début de tournoi. Encore en phase de découverte de la méthode De Witt, le Parisien attend de juger sur pièce avant de faire un premier bilan de cette récente collaboration.

Et même si l’Allemand à un peu perturbé les habitudes de la Monf’ porte d’Auteuil, car à jongler entre ses matches et ceux de Gilles Simon le planning change visiblement souvent, force est de constater que ça marche. Ses deux protégés placés en 8es, le natif de Celle (près de Hanovre) se frotte les mains mais se creuse aussi pas mal la tête. “C’est vrai que ce n’est pas évident de tout suivre mais on y arrive”, nous confirme celui qui a passé 7 heures dans les tribunes du Lenglen vendredi, pour assister aux victoires des deux Français au troisième tour.

De Witt, le promeneur du jardin des serres d'Auteuil

Alors, pour faire se mettre au calme, Jan De Witt file dès qu’il peut dans les allées du jardin des serres d’Auteuil, qui jouxte Roland-Garros. C’est d’ailleurs face au palmarium qu’il a dévoilé à metronews quelques secrets de sa méthode. Pas à un paradoxe près, l'Allemand peut dire à Gilles Simon que, parce que rien ne va, “c’est peut-être ton année à Roland-Garros”, tout comme sortir de sa poche un vieux téléphone Nokia sans toutes ses touches et datant du début des années 2000 puis un MacBook Air flambant neuf de son sac à raquette. 

Pas geek pour un sou, “je n’ai même pas de compte Facebook ou Twitter”, De Witt utilise pourtant un logiciel informatique très sophistiqué pour faire travailler et progresser ses joueurs. “C’est un programme très avancé, une sorte de vidéothèque des adversaires potentiels de Gilles et Gaël, dans laquelle sont répertoriées des séquences détaillées de plusieurs situations précises, de coups, de points, nous explique l’entraîneur. Comme ça, je peux leur montrer facilement pourquoi ils ont perdu tel ou tel échange et comment faire pour ne pas reproduire cette situation d’échec”. 

"Gilles et Gaël seront prêts"

Effectivement très pointu, le Sportstec , créé par des Australiens, permet par exemple d’isoler tous les retours gagnants de Stanislas Wawrinka (l’adversaire de Simon dimanche) sur un match ou encore les points perdus par Roger Federer contre Monfils à Monaco (les deux hommes se retrouvant eux dimanche). “C’est un vrai avantage sur la concurrence et un gain de temps, estime encore De Witt, aidé par deux assistants pour établir cette énorme base de données et la multitude de statistiques qui en émanent. En plus, ce n’est pas trop compliqué à utiliser, donc c’était vraiment fait pour moi (Rires)”.

Mais l’Allemand n’est pas le seul à s’appuyer sur ce logiciel, puisqu’une majorité des clubs de foot engagés en Ligue des champions l’utilise, tout comme l’équipe de France de Didier Deschamps ou encore 97 % des franchises NBA. Pas de recette magique pour autant, “car il ne faut pas non plus inonder les joueurs de trop d’images ou de chiffres, prévient De Witt. Ils doivent surtout s’appuyer sur leur instinct et leur talent pour battre leurs adversaires”. Et face Wawrinka et Federer, le coach nous assure que “Gilles et Gaël seront prêts”. En tout cas, Jan De Witt a tout fait pour.

EN SAVOIR + 
>> Suivez tous les matchs de dimanche en direct sur notre live
>>  Retrouvez toute l'actualité de Roland-Garros sur notre page spéciale
 

Lire et commenter