Roland-Garros : pourquoi la victoire de Muguruza est tout sauf un "one shot"

TENNIS

TENNIS - Magnifique vainqueur d'une Serena Williams à côté de ses pompes en finale samedi (7-5, 6-4), l'Espagnole a remporté à Paris le premier Grand Chelem de sa jeune carrière. Sans doute pas une dernière pour Garbine Muguruza (22 ans, n° 4), appelée à prendre le relais de l'Américaine au sommet du tennis féminin.

Elle était presque programmée pour ça. Depuis ses premiers coups de raquette au Venezuela (où elle est née avant de venir vivre en Espagne), à ceux qui ont commencé à bâtir sa jeune réputation dans l'académie de Sergi Bruguera à Barcelone, Garbine Muguruza avait tout pour remporter un Grand Chelem. C'est d'ailleurs ce que nous a confié Bruguera, persuadé que son ancienne protégée allait "un jour s'imposer à Roland", elle qui, en bonne Espagnole, a toujours aimé la terre battue. C'est donc presque logiquement qu'elle a soulevé le trophée à Paris, lieu de son premier exploit, lorsque au second tour de l'édition 2014 elle avait sorti une certaine... Serena Williams. 

Depuis, elle a continué à progresser, a perdu la finale de Wimbledon 2015 (contre Serena, d'ailleurs...) et a surtout changé de coach pour faire appel au Français Sam Sumyk, en août dernier. Un choix judicieux, même si ce dernier nous avait confié avant les demi-finales qu'il était "prématuré" de parler de titre pour sa joueuse. Toujours pas remis de ses émotions après la victoire de Garbine samedi, il a confié à la presse avoir "surtout envie de profiter de ce moment et pas tellement de se poser des questions pour la suite".

"On parlera de l'avenir avec Garbine autour d'un verre de Bordeaux"

Pourtant, symboliquement, ce sacre ressemble bien à une passation de pouvoir entre l'ancienne et la nouvelle génération. Et même si Patrick Mouratoglou, l'entraîneur de l'Américaine, n'a "pas l'impression que c'est plus dur pour elle avec les années qui passent", sa joueuse a 34 ans et sa successeure au palmarès de Roland-Garros 22... Une jeunesse et un immense talent augurant de très belles années pour Muguruza, qui n'a pas du tout le profil d'un "one shot", ces joueuses qui n'ont gagné qu'un grand tournoi, comme en a tellement connu le tennis féminin ces dernières années (Francesca Schiavone, Ana Ivanovic...).

EN SAVOIR + >>  Roland-Garros : pourquoi la victoire de Muguruza est tout sauf un "one shot"

Sa carrière construite par paliers et son envie de dominer sur les courts font d'ailleurs dire à Mouratoglou que la jeune femme a beaucoup d'arguments pour durer : "Elle a un jeu moderne et agressif. Elle tente sa chance sur toutes les balles et c'est comme ça qu'on gagne des Grands Chelem". L'avenir s'annonce donc radieux pour Muguruza mais Sam Sumyk ne veut parler "qu'avec" sa joueuse et "autour d'un bon verre de Bordeaux". Santé !

À LIRE AUSSI
>>  REVIVEZ - Le sacre de Muguruza face à Serena 
>> Toute l'actu de Roland-Garros

Lire et commenter