Roland-Garros 2018 : Gaël Monfils ou la stratégie de l’outsider

DirectLCI
MENTAL - Vendredi, Gaël Monfils affronte David Goffin, tête de série n°8, au troisième tour de Roland-Garros. Et à écouter le Français, il n’a pas beaucoup de chances de l’emporter. En effet, il ne cesse de répéter en conférence de presse qu’il est malade, en manque de confiance, et que s’il gagne, c’est en partie parce qu'il a de "la chance". Un moyen de ne pas se mettre de pression ?

"Roland-Garros, j’ai de la réussite, mais ce n’est que de la réussite. Ce n’est pas facile à croire, mais c’est la vérité", a déclaré Gaël Monfils dimanche 27 mai en conférence de presse, après son premier tour victorieux face au jeune Français Elliot Benchetrit (3-6, 6-1, 6-2, 6-1). "Je traverse une période compliquée, en tant qu’être humain, qui va bientôt finir et après laquelle je me sentirai mieux. Sur les courts je n’ai pas de réussite pour plein de raisons que je peux expliquer. (…) J’arrive ici, malheureusement je tape très bien la balle, mais je n’ai pas la tête. Donc c’est un peu compliqué", a ajouté le Français, qui a également expliqué avoir joué en ayant mal au ventre et en ayant pris des médicaments.


Rebelote mercredi après sa victoire contre Martin Klizan 6-2, 6-4, 6-4. Certes le Slovaque est 117e à l’ATP, mais il avait réussi à battre Novak Djokovic sur terre battue à Barcelone, et à accrocher Rafael Nadal dans ce même tournoi. "J’ai beaucoup de réussite. Honnêtement aujourd’hui, je n’ai pas fait un match superbe. (…) Je me suis tordu le genou, je n’ai pas dormi de la nuit, cela fait deux jours que j’ai de la fièvre, je suis malade, je pense que cela s’entend. Même moi je suis étonné. Comme j’ai dit à Lyon, je n’ai pas de confiance mais si j’ai un peu de chance je prends", a déclaré Gaël Monfils après sa conférence de presse.

A Paris, j'oublie tous les bobos."Gaël Monfils

Cette attitude n’est pas nouvelle chez le joueur. Elle est même fréquente à Roland-Garros. L’année dernière déjà, le Français était arrivé à Paris sans repères sur terre battue. A Munich et Madrid, il avait à chaque fois perdu d’entrée, arrivant donc Porte d'Auteuil avec zéro victoire sur cette surface au compteur. Pourtant, il avait réussi à se hisser jusqu’en huitièmes de finale, où il avait perdu face au futur finaliste, le Suisse Stanislas Wawrinka. Monfils avait même réussi à l’accrocher sérieusement dans les deux premiers sets, finissant par s’incliner 7-5, 7-6, 6-2. "Quand je viens à Paris, j'oublie tous les bobos", avait dit Gaël Monfils après son deuxième tour, se montrant un peu plus positif que cette année.


En 2014, après avoir déclaré vouloir faire une pause à l’issue de la tournée américaine, le Français était arrivé à Roland-Garros sans disputer de matches officiels sur terre le mois précédent le début du tournoi. Il s’était pourtant incliné en quart de finale contre Andy Murray, alors 8e joueur mondial, en quatre sets.

Le moyen qu'il a trouvé pour s'enlever un peu de pression."Sarah Pitkowski

"Je ne sais pas si ses douleurs sont exagérées, mais je suis certaine que lui les ressent profondément" nous a expliqué Sarah Pitkowski, ancienne joueuse professionnelle aujourd'hui consultante pour RMC. "Gaël aime se mette dans ces états-là. Il aime ce tournoi, il voudrait aller le plus loin possible, et c'est peut-être le moyen qu'il a trouvé pour s'enlever un peu de pression. Il fait en sorte que l'on attende rien de lui. Il doit savoir que tout le public attend beaucoup de lui, que si un Français avait dû gagner Roland-Garros après Yannick Noah ça aurait dû être lui."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter