Roland-Garros : trois choses vraiment agaçantes chez Djokovic

TENNIS

TENNIS – Opposé à Andy Murray en finale du tournoi dimanche après-midi (15 heures), le n° 1 mondial va tenter d’enfin s’imposer à Paris après trois tentatives infructueuses. Et si Novak Djokovic est évidemment un immense champion, le Serbe a tout de même quelques côtés crispants. Tour d'horizon en toute mauvaise foi...

 Il est pénible avec son régime alimentaire
Novak, c’est monsieur "gluten free". Depuis qu’il a révélé au public, en 2011, qu’il avait modifié sa façon de manger à cause d’une intolérance à cette " fraction protéique insoluble du grain " (dans le blé, le seigle…), le Serbe a passé une bonne partie de son temps à ne parler que de ça. Comme dans le même temps, il a affirmé se "sentir mieux sur le terrain" et a commencé à devenir quasiment imbattable, le n° 1 mondial a presque lancé une mode. 


Cette année encore, à Roland-Garros, il est allé encore plus loin dans le délire, en déclarant qu’il était maintenant presque "végétarien" voire "depuis un an aussi vegan", tout en continuant à manger parfois du poisson... Bref, on n’y comprend pas grand-chose et surtout, on s’en moque un peu.

Il est trop gentil avec les enfants
Toujours prompt à tenter de se mettre le public dans la poche et à faire le show, Djoko n’hésitait pas plus jeune à entrer masqué sur les courts ou à parfois imiter ses adversaires. Choses que le n° 1mondial ne fait presque plus, mais au lieu de ça il fait volontiers le pitre avec les interviewers des tournois et des télés. A Paris cette année, alors qu’il a plu des cordes pendant la quinzaine, on l’a notamment vu enfiler chapeau de pêcheur breton pour se prêter au jeu de Fabrice Santoro venu l’interroger en cirée jaune. 

Surtout, après ses victoires, il a pris l’habitude d’inviter les ramasseurs de balles à venir au centre du court pour effectuer une sorte de chorégraphie afin de faire se lever le public. Les mauvaises langues estiment que tout ça ne fait pas très naturel…

 Il gagne tout, ou presque
N° 1 mondial depuis deux ans sans interruption et premier joueur de l’histoire du tennis à dépasser la barre des 100 millions de dollars de gains en carrière, le Serbe est impressionnant. Depuis 2011, Novak parvient au moins en demi-finale de tous les Grand Chelem (exception faite de l’Open d’Australie en 2014, où il a été sorti en quarts) quand il ne s’impose pas : cinq victoires à Melbourne, trois à Wimbledon, deux à l’US Open et quatre finales à Paris. 

Roland-Garros est donc le dernier grand titre qui lui manque, après deux défaites contre Rafael Nadal en finale (2012 et 2014) et une contre Stan Wawrinka l’an dernier, un peu à la surprise générale. Un comme si Andy Murray lui refaisait le coup ce dimanche...


À LIRE AUSSI
>> Djoko, le premier à dépasser les 100 millions
>> Toute l'actu de Roland-Garros


 

Lire et commenter