US Open : en battant Nadal, Pouille a vécu sa "plus belle victoire"

DirectLCI
INTERVIEW - Auteur d'un exploit mémorable dans la nuit de dimanche à lundi, le Français a battu Rafael Nadal en cinq sets (6-1, 2-6, 6-4, 3-6, 7-6 [8/6]) pour se qualifier pour les quarts de finale du tournoi new-yorkais . Une superbe victoire à l'issue de laquelle Lucas Pouille s'est exprimé en conférence de presse.

Journaliste : Que ressentez-vous après cette première victoire contre un joueur du top 5 mondial ?

Lucas Pouille : Je ressens beaucoup de joie, beaucoup d'émotions, c'était un match très long, avec beaucoup de rebondissements. C'est ma plus belle victoire, c'est certain. Après la balle de match, je me suis juste dit 'Ça y est, tu l'as fait', c'était long, j'étais fatigué, mais il y avait déjà beaucoup de fierté. Je réalise maintenant que je viens de battre Rafa : quand j'étais gamin, je regardais ses matches, notamment ici. Je l'admire encore beaucoup, pour son état d'esprit, c'est quelqu'un de formidable, le battre dans un tournoi qu'il a gagné deux fois, c'est juste magnifique

Journaliste : Malgré l'enjeu, malgré le palmarès de Nadal et malgré votre première apparition sur l'intimidant Arthur Ashe Stadium, vous avez toujours semblé maître de vos nerfs ?

Lucas Pouille : Je savais très bien ce qu'il fallait que je fasse, il fallait l'agresser et ne pas le laisser rentrer dans le terrain. J'avais de très bonnes sensations dans le premier set, notamment en revers, j'avais l'impression que dès que je frappais un revers, je faisais un 'winner' (coup gagnant, ndlr). Après, on est dos à dos tout au long du match et cela se joue à quelques détails dans le tie-break. Quant à l'ambiance, c'était une blague, tout le monde se mettait à crier, c'est pour ce genre d'émotions qu'on joue.

Journaliste : Vous aviez pourtant disputé un match d'entraînement avec Nadal avant l'US Open et cela ne s'était pas bien passé du tout....

Lucas Pouille : Je frappais pourtant bien la balle, mais il m'avait découpé 6-1, 6-2 ou 6-3. Après ce match d'entraînement, j'étais un peu tendu, j'avais eu un discours un peu négatif et mon entraîneur (Emmanuel Planque) m'était rentré un peu dedans, je lui ai fait la gueule pendant quelques heures. Après cet entraînement, j'avais d'ailleurs fait de Nadal mon favori pour le titre et maintenant je le bats, c'est incroyable.

Journaliste : Et pour la première depuis le début de l'ère Open, il y aura trois Français (Gaël Monfils, Jo-Wilfried Tsonga et Pouille) en quarts de finale d'un Grand Chelem, cela vous inspire quoi ?

Lucas Pouille : C'est top de se retrouver à trois, il faut essayer qu'il y en ait un en finale, j'espère que cela sera moi... On joue tous les trois très bien, j'aurais préférer affronter un étranger (plutôt que Monfils en quarts), je vais essayer de me qualifier pour ma première demie. C'est toujours spécial de jouer contre un Français, encore plus en Grand Chelem. Gaël est incroyable quand il est dans son état d'esprit actuel, il frappe fort, il sert bien. Je ne m'attends pas à un match facile, mais je suis en bonne forme, cela va être un grand match.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter