Wimbledon 2017 : 3 choses à savoir sur le Luxembourgeois Gilles Müller, qui a fait tomber Rafael Nadal en 5 sets

Wimbledon 2017 : 3 choses à savoir sur le Luxembourgeois Gilles Müller, qui a fait tomber Rafael Nadal en 5 sets

DirectLCI
TENNIS - Rafael Nadal a été éliminé (6-3, 6-4, 3-6, 4-6, 15-13) en 8e de finale de Wimbledon ce lundi à la surprise générale. Parce que son adversaire, Gilles Muller, 26e mondial, est un illustre inconnu. Présentation.

Lui-même ne semblait pas y croire, demeurant debout, hagard, incrédule de longues secondes après avoir converti sa 5e balle de match, au bout d’un 5e set incroyable d’intensité et riche en rebondissements, finalement remporté 15-13. Gilles Müller a eu d’autant plus de mérite qu’il venait de lâcher les 4e et 5e sets à Rafael Nadal et lui avait laissé, pensait-on, un ascendant psychologique. 


C’était sans compter sur la ténacité et le sang-froid du Luxembourgeois, 26e joueur mondial de 34 ans et ainsi tombeur d’un des archi-favoris de ce Wimbledon 2017. Il signe le plus grand exploit de sa carrière et décroche sa première qualification en quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem. L’occasion de se pencher sur ce joueur gagnant à être connu.

C’est l’un des meilleurs serveurs du monde

Nombreux sont ceux qui, ce lundi soir, ont découvert  Gilles Müller. Tous ont halluciné sur la qualité peu commune de son service, dont la propreté clinique a laissé Rafael Nadal pantois. Sa singularité est qu’il ne cherche pas à trouver l’ace nécessairement comme un John Isner et les autres spécialistes de l’exercice. Son engagement est plutôt étudié pour être joué en deux coups, dans une palette variée de trajectoires. Ses premières balles sont régulièrement frappées entre 190 et 200 km/h, et très rarement au-dessus de 205 km/h, sans forcer la vitesse, mais avec des effets soigneusement préparés. Au 15 août 2011, ce gaucher d'1,93 m était carrément parvenu à passer 179 aces en 16 matchs joués, soit une moyenne ahurissante de 11,18 aces par match. Ce ratio le place tout simplement parmi les dix meilleurs serveurs au monde.

Avec Nadal, il n’en était pas à son coup d’essai

Figurez-vous que ce n’était même pas la première fois que Gilles Müller battait Rafael Nadal. Le Luxembourgeois avait en effet déjà pris la mesure du Majorquin… à Wimbledon. C’était au 2e tour, en 2005, à une époque où le taureau de Manacor n’avait que 19 ans et venait de remporter son tout premier tournoi du Grand Chelem, à Roland-Garros. Ce qui avait atténué la portée de cette victoire. Mais il faut toutefois noter que Gilles Müller est un de ces joueurs que l’on surnomme "legend killers", spécialistes des exploits face aux meilleurs (avant, généralement, de disparaître dans les limbes de l’anonymat). En 2004, il avait éliminé Andre Agassi en demi-finales du tournoi de Washington. Et, en 2005, c’était Andy Roddick qui s’inclinait contre lui au premier tour de l’US Open...

Il a pris son temps

 S'il lui a fallu ferrailler pendant 4h48 ce lundi face à Nadal, Gilles Müller a également mis du temps avant de garnir son armoire à trophée. Le Luxembourgeois a ouvert son palmarès en janvier dernier, en remportant son premier tournoi sur le circuit ATP... à 33 ans, après seize années chez les professionnels et à sa 6e finale. Un véritable déclic : le second titre est arrivé en juin, à Bois-le-Duc, au tout début de la saison sur gazon, lui permettant d'obtenir le tout meilleur classement ATP de sa carrière (26e). La suite, c’est une demi-finale au Queen’s, après avoir battu Sam Querrey et le 10e mondial, Jo-Wilfried Tsonga. Mais il s’était ensuite incliné face à Marin Cilic… Son prochain adversaire dans ce Wimbledon 2017. Un quart de finale où, vraiment, tout peut arriver.

Plus d'articles

Sur le même sujet