Après la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi, Christophe Castaner appelle "à la plus extrême vigilance"

Terrorisme

TERRORISME - Dans une note interne, le ministre de l'Intérieur a appelé les services de police et de gendarmeries à "la plus extrême vigilance" suite à la mort du chef de Daech et au risque de représailles.

Après la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi samedi 26 octobre dans le nord de la Syrie suite à une opération militaire américaine, la France craint de possibles représailles sur son territoire. C'est ce que laisse entendre une note interne transmise dimanche 27 octobre par le ministre de l'Intérieur à l'ensemble des préfets et des services de police et de gendarmerie. 

"Dans les heures à venir, la possible intensification de la propagande djihadiste consécutive à son décès, appelant éventuellement à des actes de vengeance, doit vous conduire à la plus extrême vigilance, notamment à l'occasion des événements publics qui pourraient être programmés dans vos départements dans les jours à venir", peut-on lire dans cette note. Christophe Castaner demande également aux forces de l'ordre de redoubler de vigilance aussi bien "dans l'exercice de leurs missions" qu''en dehors du service". 

Lire aussi

Suite à la séries d'attentats terroristes perpétrés en 2015 et en 2016, la France dispose toujours aujourd'hui du plan Vigipirate, maintenu au niveau d'alerte "Sécurité renforcée -Risque d'attentat", impliquant une sécurité accrue dans les lieux et événements publics. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter