Aqmi propose une négociation pour Sophie Pétronin : "Si on fait les morts, c'est elle qui va mourir", alerte son fils

Aqmi propose une négociation pour Sophie Pétronin :  "Si on fait les morts, c'est elle qui va mourir", alerte son fils

OTAGE - Au lendemain d'une annonce d'Aqmi au sujet de sa mère, dernière otage française au monde, Sébastien Chadaud-Pétronin était l'invité de LCI, dans une interview où il a pris acte de la volonté du groupe terroriste de négocier la libération de l'humanitaire.

Un espoir circonspect pour Sébastien Chadaud-Pétronin. Alors qu'Abou Obeida Youssef Al-Aanabi, cadre dirigeant d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, s'est montré disposé à "négocier le sort" de Sophie Pétronin, le fils de l'humanitaire s'est montré partagé, vendredi 31 mai. "C'est plutôt une bonne nouvelle que ces gens veuillent s'asseoir à la table des négociations, c'est bon signe", a-t-il entamé, avant de relativiser aussitôt : "Je reste perplexe : Paris a toujours refusé net le principe d'une négociation".

Une position qui a déjà été reprochée à l'Elysée, alors que la Bordelaise, otage au Mali, a été enlevée début 2017 par Aqmi. Si le palais a toujours assuré suivre "le dossier de très près", Sébastien Chadaud-Pétonin constate que ses appels auprès de l'administration française reste sans suite. Ainsi, depuis la prise de parole d'Al-Aanabi, le comité de soutien "n'a pas reçu de nouvelles ni du Quai d'Orsay, ni de l'Elysée. La cellule de crise nous a appelé pour nous dire qu'elle pensait à nous, on en a profité pour reproposer une réunion, mais c'est resté sans suite".

Toute l'info sur

La libération de Sophie Pétronin

Lire aussi

"La santé de ma mère est très mauvaise"

Pour autant, le temps presse, juge-t-il : "On sait que la santé de ma mère est très mauvaise. [...] Ce qui est préoccupant, c'est que la dernière annonce [d'Aqmi] est arrivée quand elle allait très mal." Manière de dire que, cette fois, même si l'état de santé de Sophie Pétronin n'a pas fuité, il a des raisons de penser qu'il ne s'est pas amélioré : " On sait qu'ils ne vont pas spéculer là-dessus : s'ils disent qu'elle ne va pas bien, c'est qu'elle ne va pas bien."

De quoi l'amener à envisager de repartir, de son côté, comme il l'a déjà fait, au Mali : "Sans nouvelle de Paris, je me vois dans l'obligation d'apporter une réponse à leur proposition. Si on fait les morts, c'est elle qui va mourir." Quitte à agir seul, donc : "Je n'ai pas le choix, je ne vais pas l'abandonner." Une détermination qui ne l'empêche pas d'en appeler "encore" au gouvernement français : "J'espère tellement que le téléphone va sonner. Il est urgent qu'on se rencontre, qu'on prenne une décision. [...] Je ne comprends pas ce silence".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Non, l'application TousAntiCovid ne sera pas indispensable pour entrer dans un supermarché

Un troisième mystérieux monolithe de métal découvert, en Californie cette fois

EN DIRECT - Mort de VGE : l'ancien Président sera enterré à Authon ce samedi

Miss France 2021 : passez le test de culture générale des candidates

Lire et commenter