Attaque de Nice : l'assaillant était passé par l'île italienne de Lampedusa

Attaque de Nice : l'assaillant était passé par l'île italienne de Lampedusa

PARCOURS SANGLANT - Deux jours après l'attentat meurtrier à la basilique de Nice, on en sait un peu plus sur le tueur. Il s'agit d'un jeune Tunisien de 21 ans qui, selon sa famille, venait tout juste d'arriver en France. Il était notamment passé par l'île italienne de Lampedusa.

Une attaque que personne n'aurait pu anticiper. Le nom du meurtrier présumé de la basilique de Nice ne figurait en effet dans aucun fichier des services de renseignement, ni en France, ni en Europe. Né dans une famille modeste comptant huit filles et trois fils, il habitait avec ses parents dans une maison simple d'un quartier populaire à la périphérie de la ville côtière de Sfax, dans le centre de la Tunisie. 

Sa mère est également sous le choc. Elle décrit un jeune homme solitaire : "Cela faisait à peu près deux ans et demi qu'il faisait la prière. Il allait juste du travail à la maison. Il ne sortait pas, ne parlait pas beaucoup avec les gens", raconte-t-elle dans la vidéo en tête de cet article. Elle raconte par ailleurs à l'AFP qu'il avait décroché de l'école en première année de collège, puis "il a travaillé dans la réparation des motos". Après avoir mis de l'argent de côté, il avait lancé un petit débit d'essence informel, comme on en trouve dans de nombreuses localités de Tunisie.

"Il buvait de l'alcool et consommait de la drogue. Je lui disais 'nous sommes nécessiteux, et toi tu gaspilles de l'argent ?' Il répondait : 'si Dieu le veut, il va m'orienter vers le bon chemin, ça me regarde'", enchaîne-t-elle. Mais ce changement n'explique pas qu'il ait pu devenir un meurtrier, souligne sa soeur, Aïda, incrédule. "Nous sommes une famille modeste, mais notre frère ne tue pas, ce n'est pas un terroriste, ce n'est pas un extrémiste, nous voulons que vous nous aidiez à découvrir la vérité", dit-elle en s'adressant "aux familles des victimes". "Si vraiment c'est lui qui a fait ça, c'est qu'il y a quelqu'un derrière lui", ajoute-t-elle.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Lire aussi

"Rien de suspect", pour les autorités italiennes

Selon les autorités tunisiennes, le jeune homme, âgé de 21 ans, n'était pas fiché pour terrorisme. Mais il "a des antécédents judiciaires de droit commun, de violence et de drogue", selon Mohsen Dali, substitut du procureur général au tribunal de première instance de Tunis. "Il a quitté le pays clandestinement le 14 septembre".  Il monte alors à bord d'une embarcation de fortune, avec d'autres migrants. Direction,  l'île de Lampedusa, la porte d'entrée pour l'Europe, la plus proche des côtes tunisiennes. 

A son arrivée, les autorités italiennes ne détectent rien de suspect. "Cet homme n'était pas connu des services de sécurité tunisiens, ni par aucune agence de renseignement", confirme Luciana Lamorgese, la ministre de l'Intérieur italienne. Le terroriste présumé passe ensuite une quatorzaine sanitaire sur un bateau avant d'être débarqué avec d'autres migrants à Bari le 9 octobre, comme le veut la procédure.

Là, les autorités ordonnent son retour en Tunisie, mais ne font rien de plus et le laisse en liberté. D'après Marie Bassi, spécialiste des questions migratoires à l'université de Nice-Sophia Antipolis, les Italiens n'ont pas les moyens de procéder à toutes les expulsions. "C'est un pays qui voit arriver un nombre très important de personnes exilées sur son sol depuis des dizaines d'années, et la situation sur place est une situation de crise du fait du manque de moyens humains et financiers. Et en période de crise sanitaire, c'est encore plus compliqué", dit-elle.

L'assaillant disparaît alors des radars. Comment rejoint-il la France ? A-t-il eu de l'aide ? C'est un mystère. Une enquête est en cours pour l'éclaircir. Le 28 octobre, la veille de l'attaque, il arrive à Nice et le soir, il appelle sa mère. "Il était 20 h et il m'a dit qu'il était arrivé en France. Je lui ai demandé pourquoi il n'était pas resté en Italie. 'Tu ne connais pas la langue, tu ne connais personne', lui ai-je dit". Le lendemain à 8h29, l'assaillant entrait dans la basilique de Nice et tuait avec un couteau trois personnes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden, le jour de l’investiture, à suivre en direct demain, dès 6h, sur LCI

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Dans sa vidéo d'adieu, Donald Trump exhorte à "prier" pour le succès de l'administration Biden

Lire et commenter