Attentat de Nice : Tahar Mejri, inconsolable depuis la mort de son fils de 4 ans, est décédé

Terrorisme

Toute L'info sur

Attentat de Nice

DISPARITION - Près de trois ans après l'attaque terroriste sur la promenade des Anglais lors de laquelle sa femme et son petit garçon ont trouvé la mort, le père de famille qui, par sa détresse infinie, avait ému la France, s'est éteint à 42 ans. Une enquête sur les causes de sa mort a été ouverte mais pour ses proches, il lui était de plus en plus difficile de vivre avec ce souvenir.

"Mourir d’aimer." Ce sont les mots qui légendent la photo de Tahar Mejri, postée par l'association Mémorial des Anges ce jeudi sur Facebook, pour annoncer sa mort. Le visage de ce dernier, tout comme celui de son fils, Kylan, 4 ans, qui l'accompagne dans la publication, sont de ceux qui ont marqué les Français au lendemain de l'attentat de Nice. Après avoir vu sa femme mourir devant lui le 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais, ce père de famille avait tenté l'impossible pendant trente-six heures pour revoir son petit garçon vivant et médiatisé ses recherches sur les réseaux sociaux. En vain. Sa détresse infinie avait ému le pays entier, et au delà.

"C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de Tahar Mejri 42 ans, papa de Kylan Mejri décédé le 14 juillet 2016. Toutes nos pensées, notre affection et notre soutien à sa compagne Rachel qui malgré tout son amour n’a pas réussi à le sortir de son indicible souffrance", poursuit ainsi sa publication, l'association qui rend hommage aux 86 morts de l’attentat de Nice.

"Il était en permanence avec Kylan, enfermé dans sa souffrance"

Selon Nice-Matin qui relaye l'information, une enquête a été ouverte pour éclaircir les circonstances de la mort du père de famille. Si rien ne permet pour l’heure d’accréditer la thèse du suicide, pour les proches du quadragénaire, il lui était de plus en plus difficile de vivre avec cette inguérissable souffrance. "Il n’allait pas bien. J’ai tout fait pour apaiser ses souffrances. Je n’ai pas réussi...", a notamment confié sa nouvelle compagne au quotidien. Et de poursuivre : "Ces derniers temps, je l’ai senti fatigué. La semaine dernière, il m’a dit : 'Rachel, j’ai fait un rêve. Olfa (ndlr : sa femme décédée) m’a téléphoné. Elle dit que Kylan pleure son papa, qu’elle ne peut plus le tenir. Qui’il faut que je vienne'." 

Un témoignage qui en dit long sur le mal être de Tahar Mejri, au moins autant que celui de son avocate. "On a essayé de lui insuffler une envie, avec des projets de vie. Mais il était en permanence avec Kylan, enfermé dans sa souffrance", a ainsi expliqué Me Cathy Guittard.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter