Attentat de Strasbourg : ces zones d'ombre

Terrorisme

Toute L'info sur

Attentat de Strasbourg : le suspect Cherif Chekatt abattu par la police

ENQUÊTE - Au lendemain de l'attentat de Strasbourg, de nombreux points restent à éclairer, concernant notamment les motivations du suspect, le contexte de son entrée sur le marché de Noël, sa fuite et d'éventuelles complicités.

Après l'attaque au marché de Noël de Strasbourg, qui a fait 2 morts, une personne en état de mort cérébrale et 13 blessés dont 6 urgences absolues, et 7 urgences relatives mardi soir, selon un dernier bilan du préfet du Grand-Est, les enquêteurs tentent de reconstituer le puzzle des événements, avant et après l'attentat. Le contexte de la venue de Cherif C. dans le centre-ville de la capitale alsacienne, sa motivation, puis les conditions de sa fuite, restent notamment à éclaircir, alors que ce mercredi, le principal suspect est toujours recherché par des centaines de membres de forces de l'ordre.

Lire aussi

Quelles sont les motivations exactes de Cherif C. ?

Principal suspect de l'attentat, Cherif C., 29 ans, est encore recherché. Il a crié "Allah Akbar" pendant l'attentat et était fiché S pour radicalisation islamiste par les services de l'État. "Au regard du lieu ciblé, du mode opératoire employé par l'assaillant, de 

son profil et des témoignages recueillis auprès de ceux qui l'ont entendu crier 'Allah Akbar', la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie des faits", a déclaré le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. Le magistrat a ajouté que Cherif C. avait déjà été incarcéré "à de multiples reprises" et "était connu de l'administration pénitentiaire pour sa radicalisation et son attitude prosélyte en 2015". En plus d'être fiché S, le suspect était inscrit au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) et faisait "l'objet d'un suivi de la DGSI".

On ignore cependant pourquoi Cherif C. est passé à l'acte ce mardi dans le marché de Noël de Strasbourg et si son attaque est liée à la tentative d'arrestation à laquelle il a échappé le matin-même, pour une affaire de droit commun. Au cours de la perquisition à son domicile, un arsenal comprenant des grenades, des couteaux de chasse et un arme .22 Long Rifle et des cartouches. Pour le moment, aucun élément ne lie le suspect à un groupe djihadiste particulier et aucune revendication n'a été publiée. Le chauffeur de taxi avec lequel le tireur a fui a affirmé que ce dernier a proféré des propos justifiant les faits commis, sans plus de précisions à cette heure.

Comment a-t-il pu pénétrer sur le marché de Noël ?

Vers 20h, Cherif C., armé d'une arme de poing et d'un couteau, "est rentré dans le périmètre du marché de Noël par le pont du Corbeau en se dirigeant vers la rue des Orfèvres", a indiqué la préfecture peu après l'attaque. On ignore cependant à ce stade comment l'auteur de l'attaque a pu pénétrer dans cette zone très sécurisée et s'il a été fouillé. 

"Le plan sécurité sur le marché fonctionne depuis plusieurs années. Il consiste à créer une bulle dont l'entrée est conditionnée par des fouilles au corps", a assuré le maire (PS) de Strasbourg, Roland Ries. "Il faut qu'on voie comment ce terroriste a pu échapper à ces contrôles, on n'en sait rien". Les touristes souhaitant accéder au centre-ville doivent en effet être fouillés de 11h du matin à 20h et les véhicules motorisés sont soumis à des restrictions drastiques d'accès et de stationnement sur la "Grande île" de Strasbourg, où avait lieu le marché de Noël.

Comment a-t-il réussi à fuir ?

Dans des circonstances qui restent floues, Cherif C., touché à la main par des militaires de l'opération Sentinelle, a réussi à prendre un taxi après avoir commis ces actes meurtriers pour se rendre dans le quartier du Neudorf, où a eu lieu un nouvel échange de tirs avec la police, avant qu'il ne disparaisse. Depuis, les autorités sont à sa recherche et il "ne peut être exclu" qu'il soit passé en Allemagne, a indiqué le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nuñez, qui a précisé qu'un "bouclage des frontières a été assuré".

En vidéo

VIDÉO - La traque du tueur continue

A-t-il bénéficié de complicités ?

Cette question est peut être liée à la précédente. Si Cherif C. a échappé aussi longtemps aux centaines de membres des forces de l'ordre lancées à sa recherche, est-ce parce qu'il a bénéficié de complicités ? Selon les informations de l'agence de presse allemande DPA, les autorités d'outre-Rhin "présument que l'assassin présumé est en fuite avec son frère Sami C., âgé de 34 ans", indique le Spiegel, qui précise que, comme son frère Cherif, Sami est considéré "comme islamiste radicalisé".

Quatre proches du suspect ont par ailleurs été placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi : sa mère, son père et deux frères ont indiqué des sources proches de l'enquête. Mais ces derniers n'ont pas été mis en examen à cette heure.

Sur le même sujet

Lire et commenter