Attentat islamophobe de Christchurch : les musulmans sont les principales victimes du terrorisme

Terrorisme

Toute L'info sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

PREMIÈRES VICTIMES - Des dizaines de personnes ont perdu la vie ce vendredi à Christchurch, au sud de la Nouvelle-Zélande, dans le double attentat perpétré contre deux mosquées. Un cas qui n'est pas à part : selon un dernier rapport, les musulmans sont les principales cibles du terrorisme à travers le monde.

Brenton T. a tué au moins 49 personnes ce vendredi 15 mars à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Décrit comme un "terroriste extrémiste de droite, violent" par la Première ministre Jacinda Ardern, l'homme a pris pour cible deux mosquées à l'heure de la prière du vendredi. Une tragédie qui en évoque forcément d'autres. Car bien qu'elle soit la pire jamais perpétrée contre des musulmans dans un pays occidental, la tragédie qui s'est déroulée dans la deuxième plus grande ville néo-zélandaise est loin d’être la seule. 

Lire aussi

"Les musulmans sont les premières victimes du terrorisme"

Le 29 janvier 2017, c’est encore une fois une mosquée qui était visée par un attentat terroriste islamophobe. À 27 ans, Alexandre Bissonnette avait décidé d’ouvrir le feu sur des fidèles rassemblés pour la dernière prière de la journée dans la mosquée de Québec. Ce Canadien affichant des idées nationalistes avait fait six victimes et 35 blessés. Il a été condamné en février dernier à la prison à vie. 

La même année, un peu plus tard, c’est au Royaume-Uni qu’un homme avait décidé, au volant de sa camionnette, de foncer dans une foule de fidèles. Le 19 juin, Darren Osborne avait tué une personne et blessé douze autres dans une foule quittant une prière nocturne du ramadan, près de la mosquée de Finsbury Park, dans le nord-est de Londres. L’auteur, lui aussi animé par une haine viscérale contre l’islam, a été condamné à perpétuité en février 2018. 

Mais ces pays anglo-saxons ne sont évidemment pas les seuls lieux où des terroristes visent les musulmans. Bien au contraire. Comme le notait Jean-Yves Le Drian en novembre 2017, "ce sont souvent les musulmans qui sont les premières victimes du terrorisme qui se réclame du fondamentalisme islamiste". En visite à Pékin, le ministre français des Affaires étrangères réagissait alors au carnage qui avait eu lieu dans une mosquée en Égypte, où un djihadiste de Daech avait tué 311 fidèles en pleine prière. Cette année-là, cette tragédie avait été la deuxième attaque terroriste la plus mortelle selon le rapport annuel du consortium national pour l’étude du terrorisme de l’Université du Maryland (Start) et de l’Institut pour l'économie et la paix. 

Ce rapport, basé sur les données de 2017, va d’ailleurs dans le sens des propos de Jean-Yves Le Drian. Il montre que les actes terroristes sont en majorité perpétrés en Orient, et plus particulièrement dans des pays musulmans. Les cinq attaques les plus meurtrières ont eu lieu dans un pays à majorité musulmane : la Somalie, l'Égypte, l'Irak et la Libye. Deux d’entre elles visaient expressément des minorités musulmanes. 

Le spectre de l’extrême droite

Outre ces attaques contre la religion, c’est plus généralement la hausse de la menace terroriste d'extrême droite qui est notée dans le rapport. Et si l'attentat perpétré à Christchurch rappelle, par son idéologie, le massacre du néo-nazi Anders Breivik, qui avait tué 77 personnes à Oslo et sur l'île d'Utøya, en Norvège, c'est bien ces dernières années que la recrudescence semble s'opérer. 

Voir aussi

Entre 2013 et 2017, le Start a ainsi relevé 113 attaques commises par des groupuscules d'extrême droite, dont 59 pour la seule année 2017, soit plus de la moitié. Des attaques qui ont entraîné la mort de 66 personnes sur l'ensemble de la période, dont 17 en 2017. D’après les données relevées par le site d’information américain Quartz, cette même année avait d'ailleurs été la deuxième la plus meurtrière pour l’Amérique du Nord en matière de terrorisme d’extrême droite depuis 2002.

Toujours selon la même source, ce sont d’ailleurs les adeptes de cette idéologie qui ont perpétré le plus d’attaques dans le pays, bien devant les fondamentalistes de gauche ou religieux.

Lire et commenter