Attentat raté du Thalys en 2015 : le tireur admet "l'ensemble des faits"

Attentat raté du Thalys en 2015 : le tireur admet "l'ensemble des faits"

TERRORISME- Le premier jour du procès de l'attentat du Thalys révèle déjà son lot de surprises. Le principal accusé, Ayoub El Khazzani, a reconnu qu’il comptait bien commettre une attaque le 21 août 2015.

"Vous reconnaissez l'ensemble des faits ?", demande le président en début d'après-midi. "Oui, l'ensemble", répond Ayoub El Khazzani, vêtu d’une chemise en jean bleue ouverte sur un t-shirt blanc, cheveux noirs attachés en petit chignon. Âgé de 31 ans, le Marocain tient à s’exprimer en français. Lors du premier jour du procès de l’attentat déjoué du Thalys, le principal accusé reconnait qu’il comptait commettre une attaque avant d’être maîtrisé par les passagers le 21 août 2015.

Ce jour-là, Ayoub El Khazzani monte dans le Thalys Amsterdam-Paris. Il est armé d’une kalachnikov et de près de 300 munitions. A bord du train, l’assaillant était sorti des toilettes, torse nu, son arme en bandoulière, après avoir écouté un chant djihadiste sur son téléphone et vérifié que sa caméra fonctionnait bien, pour diffuser une vidéo. 

Lire aussi

Les faits s’enchaînent ensuite vite. Ayoub El Khazzani tire au pistolet sur un passager qui avait réussi à le desarmer, le blessant gravement, avant d'être maîtrisé par d'autres, dont deux militaires Américains en vacances. Aux enquêteurs, le tireur du Thalys avait expliqué que ses cibles désignées étaient les Américains uniquement, assurant qu'il savait qu'ils étaient militaires malgré leur tenue de vacanciers. 

Une série d'attaques projetées depuis la Syrie

Derrière cette attaque déjouée, on retrouve le terroriste Abdelhamid Abaaoud qui coordonnera, quelques mois plus tard, les attentats du 13-novembre. Ce dernier était arrivé avec Ayoub El Khazzani en Europe depuis la Turquie. Selon les enquêteurs, l'attaque du Thalys s'inscrit dans une série d'attaques djihadistes projetées depuis la Syrie et coordonnées par Abdelhamid Abaaoud. 

Lors de ce premier jour de procès, Ayoub El Khazzani est revenu sur son parcours et sa radicalisation. Originaire du Maroc, il émigre en Espagne où il se met à consommer de la cocaïne et à vendre de la drogue à Madrid. Il est arrêté plusieurs fois. Il découvre ensuite la religion via son grand frère, qui sera expulsé d'Espagne "pour des propos virulents anti-Occident", souligne le président. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter