Burkina Faso : que sait-on des deux otages français libérés par l'armée ?

Terrorisme

Toute L'info sur

Libération d'otages français au Burkina : l'hommage national aux deux militaires tués

OTAGES - Deux ressortissants français, enlevés au Bénin le 1er mai et portés disparus depuis, ont été libérés dans la nuit de jeudi à vendredi au Burkina Faso lors d'une opération militaire qui a coûté la vie à deux commandos marine. Ils sont arrivés samedi à Villacoublay, où ils ont été accueillis par Emmanuel Macron.

Ils se nomment Laurent Lassimouillas et Patrick Picque. Les deux otages français, libérés par l'armée française lors d'une intervention dans le nord du Burkina Faso, ont été rapatriés samedi et sont arrivés à 18 heures à Villacoublay, près de Paris, où ils ont été accueillis par le président Emmanuel Macron. Les deux ressortissants français, âgés respectivement de 46 et 51 ans, avaient été enlevés le 1er mai lors d'un séjour touristique au Bénin, pays jusque-là épargné par l'insécurité en Afrique de l'Ouest, où opèrent de nombreux groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'organisation État islamique.

Partis en safari dans le parc de la Pendjari, l'un des derniers sanctuaires de la vie sauvage, qui s'étend sur près de 5000 km le long de la frontière burkinabé, les deux touristes étaient attendus dans la soirée au lodge où ils devaient séjourner. Ils n'étaient jamais rentrés. Le corps sans vie, très abîmé, de leur guide béninois, Fiacre Gbédji, avait été retrouvé samedi matin dans le parc. Il a pu être formellement identifiée par un médecin légiste et sa famille, qui a notamment reconnu son pantalon. La carcasse calcinée de leur véhicule, avaient quant à elle été découverte à quelques dizaines de kilomètres de là, dans l'est du Burkina.

Lire aussi

Le Pendjari, la dernière étape de leur séjour

Né à Marseille, Laurent Lassimouillas est professeur de piano à Longjumeau, dans l'Essonne. Ce chef d'orchestre dirige l'orchestre symphonique 2e et 3e cycles du conservatoire municipal Maurice Ravel d'Ozoir-la-Ferrière, en Seine-et-Marne. Décrit comme "très sympathique" par son entourage, l'homme lettré, amoureux de la nature et des voyages exotiques est "très professionnel et très apprécié" par celles et ceux qui le croisent. "Il est brillant, très pro, pointu, très impliqué et très exigeant avec ses élèves", a-t-on indiqué à nos confrères du Parisien du côté du conservatoire d'Ozoir-la-Ferrière. 

Engagé pour la cause des sourds et malentendants, "c'est quelqu'un qui donne sans compter", raconte à actuEssonne l'un de ses anciens élèves qui a appris pendant près de six ans le piano à ses côtés. "Je le connais depuis que j’ai 14-15 ans. Il est bienveillant et donne de nombreux conseils." Venu passer une dizaine de jours au Bénin, il était donc accompagné de Patrick Picque au moment de leur enlèvement dans le Pendjari, dernière étape de leur séjour. Né à Mortain, dans la Manche, ce dernier a grandi à Barenton, à une dizaine de kilomètres. Domicilié en région parisienne, il est créateur de bijoux. 

Cela s'est bien passé, mais pour les militaires, non- Jean-Claude Picque à l'AFP

Les parents de Patrick Picque, installés à Barenton, ont affirmé avoir appris par un appel du Quai d'Orsay, vendredi matin, que leur fils avait été libéré. "C'est une bonne nouvelle. On va monter à Paris les accueillir à l'avion. On y sera", a réagi Jean-Claude, le père de Patrick, à l'AFP. Malgré son "soulagement", il n'oublie pas les deux soldats tombés au combat. "On nous avait dit qu'une prise d'otages, ça peut être très long. Finalement, cela s'est bien passé, mais pour les militaires, non", a-t-il regretté. 

En effet, au cours de l'opération de sauvetage des otages, "deux militaires ont trouvé la mort au combat, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales", a précisé l'Elysée vendredi dans un communiqué. Tous deux faisaient partie du prestigieux commando Hubert de la Marine nationale. Emmanuel Macron a annoncé dans la soirée qu'un hommage national leur sera rendu mardi aux Invalides.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter