Ce que l’on sait de l’attentat "inspiré du 11-Septembre" déjoué en France

Terrorisme

SÉCURITÉ - Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a affirmé jeudi qu'un "60e attentat" avait été déjoué en France depuis 2013, fin septembre, peu avant la tuerie à la préfecture de police de Paris. Il s'agissait d'un projet de détournement d'avion, selon le ministre de l'Intérieur. Le suspect, âgé de 22 ans, a été interpellé, mis en examen et écroué le 26 septembre.

Un peu plus de quinze jours après l’attaque commise par Mickaël Harpon à la préfecture de police de Paris, le ministre de l’intérieur a annoncé jeudi soir sur France 2  qu’il n’y avait "pas eu d'attentat déjoué depuis le 3 octobre". 

En revanche, a ajouté le ministre, "juste avant" cette date, un "60e attentat" depuis 2013 a été "déjoué" par les services de renseignement. Voici ce que l’on sait de ce projet, qui n’a heureusement jamais abouti . 

"S’inspirer du 11-Septembre"

Le ministre de l’Intérieur, premier à évoquer cet attentat déjoué, a ainsi expliqué dans l’émission "Vous avez la parole" que le projet de cet individu était de "s'inspirer du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et des avions qui ont détruit les tours du World Trade Center". 

Selon nos informations, ce jeune homme aurait évoqué ce projet dans des discussions avec un ami. Il aurait notamment indiqué qu'il voulait "détourner un avion". "C’était son projet, il était en train de s’organiser comme cela", a confirmé le ministre. 

Il cherchait des armes

Suite à ces menaces orales, ce jeune homme a été placé sous surveillance. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a alors pu établir que ce dernier rencontrait apparemment de grandes difficultés à mettre en œuvre et à concevoir son projet initial. 

Il aurait alors revu ses plans, et décidé de se procurer des armes "de manière classique", selon une source. Si le mode opératoire est revu, l'objectif du jeune homme serait resté le même : attaquer la France.  

Interpellé en banlieue parisienne

Le suspect, âgé de 22 ans et originaire des Hauts-de-Seine) a finalement été interpellé fin septembre en banlieue parisienne. Il a été mis en examen le 26 septembre pour "association de malfaiteurs terroriste" et écroué. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter