Colis piégé à Lyon : le suspect dit avoir commis l'attentat "au nom de Daech"

Terrorisme
TERRORISME - Mohamed Hichem M., soupçonné d'avoir déposé, vendredi 24 mai, un colis piégé rue Victor-Hugo à Lyon (Rhône) a, selon nos informations, reconnu avoir commis l'attentat au nom de Daech. Interpellé le 27 mai, comme ses parents et son petit frère, le jeune homme âgé de 24 ans se trouvait toujours en garde à vue ce jeudi.

Il était au départ "peu coopératif" selon plusieurs sources. Mais, dans la soirée du mercredi 29 mai, il a fini par donner quelques explications.


Interpellé dans la matinée du lundi 28 mai, à la descente d'un bus à Lyon, Mohamed Hichem M. s'est livré à de premiers aveux après plus de 48 heures de garde à vue. Cet Algérien âgé de 24 ans a reconnu face aux enquêteurs avoir conçu le colis piégé dont l'explosion a fait treize blessés légers, vendredi 24 mai, à Lyon (Rhône). Le jeune homme, transféré mardi 27 mai dans les locaux de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) en banlieue parisienne, a également, selon plusieurs sources à LCI/TF1, "reconnu avoir commis l'attentat au nom de Daech, en citant notamment Al-Baghdadi". 

Circuit imprimé, piles et billes achetées sur Amazon.fr

Un peu plus tôt, dans la même journée, Mohamed Hichem M. avait reconnu avoir conçu le colis piégé déposé devant le restaurant La Brioche Dorée située 15, rue Victor Hugo à Lyon. 


Lors des perquisitions menées au domicile familial d'Oullins, dans la proche banlieue lyonnaise, "des éléments susceptibles d'entrer dans la composition du TATP (un explosif, ndlr) ont été retrouvés". L'exploitation du matériel informatique saisi au cours des perquisitions a toutefois "mis en évidence des recherches sur internet relatives au djihad et à la fabrication d'engins explosifs". 


Les investigations ont permis d'établir que le suspect avait acheté vis, billes de métal, piles LR6, ou encore circuit imprimé ayant servi à la confection du colis sur Amazon.fr. Interpellé le même jour que Mohamed Hichem M., son père, sa mère et son frère sont également en garde à vue depuis ce jour. Sa sœur avait elle été entendue sous le régime de l'audition libre. 

Sans activité

D'abord présenté comme un "étudiant en informatique", Mohamed Hichem M. était en réalité "sans activité". L'école lyonnaise où il était supposé être inscrit a précisé qu'il n'avait jamais fait partie de l'établissement. "Il y a deux ans, il s'était 'désinscrit' avant la rentrée suite au refus de la délivrance de son visa."  


"Il avait des visas de court séjour et il a fait ensuite une demande de visa étudiant pour rentrer dans une école. Il n'a pas eu de visa étudiant", a confirmé de son côté Christophe Castaner. Sur son profil LinkedIn, il se décrit comme "développeur", étudiant de l'université d'Oran Es-Sénia. Sur sa photo de profil, il apparaît très souriant, le visage orné de fines lunettes et d'une barbe de trois jours.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter