Attentat de Strasbourg : le niveau d’alerte "urgence attentat" activé, en quoi consiste-t-il ?

Terrorisme

Toute L'info sur

Attentat de Strasbourg : le suspect Cherif Chekatt abattu par la police

TERRORISME - Le plan "Vigipirate" comprend trois niveaux d’alerte permettant notamment de mobiliser de nouveaux moyens selon les besoins. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a activé le niveau "urgence attentat" après l'attentat perpétré à Strasbourg.

Après la fusillade qui a touché la ville de Strasbourg mardi, Christophe Castaner s’est rendu sur les lieux. Dans la nuit de mardi à mercredi, le ministre de l’Intérieur a décidé de déclencher le niveau d’alerte "urgence attentat". Relevant du Premier ministre, il est un outil crucial dans la lutte contre le terrorisme.

Existant depuis 1995, le Plan "Vigipirate" réunit d’abord tous les acteurs nationaux, avec des démarches de vigilance, prévention et protection. Trois niveaux différents ont été instaurés en décembre 2016 après les attaques terroristes qui ont touché la France : "Vigipirate", "Vigipirate sécurité renforcée - risque d’attentat" et "Vigipirate urgence attentat". 

Voir aussi

Ce dernier peut être mis en place à la suite d’un attentat ou si un terroriste encore en action est identifié et non localisé. Il est mis en place pour une durée limitée, le temps de la gestion de crise, précise le gouvernement. Grace à lui, des moyens exceptionnels peuvent être mobilisés, afin de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens.

Voir aussi

"Mobilisation plus forte"

Ce niveau "urgence attentat" peut concerner tout le territoire comme une zone géographique précise. Concrètement, certaines routes, transports publics ou écoles peuvent être fermées. Une mission de protection est confiée aux militaires avec l’opération Sentinelle.

En marge de son intervention, Christophe Castaner a justifié son recours au plus haut niveau d’alerte. "Le gouvernement vient de décider de passer en 'urgence attentat', avec la mise ne place de contrôles renforcés aux frontières, sur l’ensemble des marchés de Noël se déroulant en France et éviter le risque de mimétisme. Il y aura aussi un mobilisation plus forte du dispositif Sentinelle du territoire."

En complément de cette mesure d'urgence, le préfet du Bas-Rhin a, lui, signé un arrêté interdisant les manifestations afin de laisser libre champs aux forces de l’ordre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter