"Arnaud est allé vaincre le mal" : un an après l'attentat de Trèbes, Nicolle Beltrame rend hommage à son fils mort en héros

Terrorisme
TÉMOIGNAGE - Le 24 mars 2018, au lendemain de l'attaque terroriste qui a coûté la vie à deux personnes dans un supermarché de l'Aude, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame succombait à ses blessures. De l'annonce de son décès à l'année qui vient de s'écouler, sa mère se confie à TF1.

Elle se trouvait en Bretagne lorsque, le 23 mars 2018, elle a appris que son fils avait été gravement blessé lors d'une attaque terroriste dans un supermarché de Trèbes.  "Je suis arrivée sous une pluie glaciale devant l’hôpital de Carcassonne, on cherchait un peu, on ne savait pas trop par où rentrer et là, la réalité cruelle s’est offerte à moi", se souvient, émue, Nicolle Beltrame. Le couperet tombe, alors : "On est venu me dire : 'Voilà, Arnaud est mort'."

 

Un an après, la mère du lieutenant-colonel Beltrame continue de recevoir de très nombreuses lettres et des témoignages de soutien. Dans son livre, "C'était mon fils", elle se confie sur son enfant, élevé au rang de héros national. "Arnaud est allé au combat, il est allé vaincre le mal et il en est mort. Mais au moins il s’est dressé contre le mal et pour ça, il inspire le respect", explique-t-elle au micro de TF1.  Femme debout, elle sait ce qu'elle dirait à son fils s'il l'entendait : "Que je l’aime et que je continue de porter ses valeurs le mieux possible jusqu’à ma mort."

Pour rappel, Arnaud Beltrame, 44 ans, avait entamé des négociations avec l'attaquant du supermarché, qui se présentait comme un "soldat" du groupe Etat islamique (EI). L'officier de gendarmerie s'était substitué ensuite à l'otage, laissant son téléphone ouvert pour aider les forces de l'ordre. 


Deux heures et demi plus tard, des tirs étaient entendus dans le magasin, poussant le GIGN à lancer l'assaut et à abattre Radouane Lakdim. Arnaud Beltrame, qui avait tenté de maîtriser l'attaquant, était retrouvé entre la vie et la mort, avec notamment une plaie gravissime à la gorge. Décédé la nuit suivante, il sera célébré en héros lors d'un hommage national.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats dans l'Aude : quatre morts

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter