Mali : Daech revendique l'attaque qui a tué le brigadier français Ronan Pointeau

Terrorisme

OPEX - Un soldat français a été tué lors d'une opération revendiquée par Daech, ce samedi matin au Mali, après "le déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé", a indiqué l'Élysée dans un communiqué.

Un militaire français a été tué lors d'une opération terroriste, ce samedi matin au Mali dans la région de Gao (est du pays), après "le déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé", a indiqué l'Élysée dans un communiqué. Cette attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique, le 2 novembre dans la soirée. "Les soldats du califat ont pris pour cible un convoi de véhicules des forces françaises [...] près d'Indelimane, dans la région de Ménaka, en déclenchant un engin explosif", a écrit l'organisation terroriste dans un communiqué signé "Province Afrique de l'Ouest", publié sur ses chaînes Telegram.

La victime, le brigadier Ronan Pointeau, faisait partie du 1er régiment de Spahis de Valence. Il était au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane. Selon la ministre des Armées Florence Parly, le brigadier Ronan Pointeau a succombé à ses blessures "après l'explosion d'un engin explosif improvisé près de Ménaka au Mali", près de la frontière avec le Niger. 

"Le sacrifice" du militaire

Le chef de l'État a salué "le sacrifice" du militaire, et a exprimé "ses pensées vers ses camarades engagés dans les opérations au Sahel".  "Je tiens à adresser mes plus profondes condoléances à sa famille, à ses proches, à ses frères d’armes. Au nom de toute l’institution militaire, je leur assure notre soutien dans cette épreuve", a ajouté la ministre des Armées.

L'opération Barkhane, qui comprend 4.500 militaires, lutte contre les djihadistes depuis 2014 dans le prolongement de l'intervention menée dans le Nord malien l'année précédente.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter