"C'était mon bébé" : la mère de Cédric de Pierrepont, soldat tué au Burkina Faso, sort du silence

Terrorisme
DRAME – Un peu plus de trois semaines après le décès de son fils, Dany de Pierrepont, 72 ans, s’est exprimée pour la première fois mardi dans la presse. La maman d’un des deux militaires tués au Burkina Faso a tenu à remercier les personnes qui ont participé à la cagnotte pour son fils.

Dévastée par le chagrin, elle avait préféré jusqu’à présent rester en retrait. Pour la première fois, cette semaine, Dany de Pierrepont s’est exprimée. 


La mère de Cédric de Pierrepont, militaire âgé de 32 ans tué comme Alain Bertoncello, 28 ans, lors d’une opération de sauvetage d’otages au Burkina Faso dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, a tenu en effet à adresser "1000 mercis" aux anonymes qui l’ont aidée en participant à une cagnotte pour son fils initiée par deux de ses amis proches. 

"C'était mon bébé"

Selon Cédric et Christophe, les deux amis du militaire tué, "923 donateurs qui ont versé 37 966€, avec des sommes allant de 1€ à 1500 €", rapporte Le Télégramme


"Cet élan de générosité va, notamment, me permettre d’ériger une belle stèle à Cédric au cimetière de Quéhello, où il repose. Chaque jour qui passe me rend son absence plus difficile. C’était mon bébé, mon petit dernier, je l’ai élevé seule depuis tout petit. Je ne réalise pas encore. Mais recevoir tous ces messages me met du baume au cœur. Cet élan de toute la France m’a beaucoup touchée", confie cette Larmorienne âgée de 72 ans à nos confrères.


Depuis l'hommage national aux Invalides, Dany de Pierrepont a reçu plus de 300 témoignages. "J’en suis surprise et en même temps gênée. Lui n’aurait certainement pas voulu de tout cela. Il se donnait à fond mais c’était un grand discret. Et un garçon tellement gentil…" ajoute-t-elle. 


Et de conclure : "Je n’accepte toujours pas la mort de Cédric. J’aurais donné ma vie pour lui s’il le fallait. J’imagine encore qu’il va revenir demain."

Des milliers d'euros pour deux "héros"

Depuis les assassinats des deux militaires, une autre cagnotte a été lancée par le Commando Hubert Saint Mandrier.

Baptisée "Cédric et Alain, nos frères d'armes", elle avait récolté ce mardi plus de 190.000 euros. "Pour les compagnes et familles de nos frères d'armes, morts au combat, pour la plus noble des causes", précise le commando sur le site Leetchi sur lequel est organisée la cagnotte.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Libération d'otages français au Burkina : l'hommage national aux deux militaires tués

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter