Pourquoi Cherif Chekatt était-il toujours dans son quartier du Neudorf lorsqu'il a été abattu ?

Terrorisme
FIN DE TRAQUE - Cherif Chekatt, le suspect de l'attentat de Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir à environ 2 kilomètres du lieu de l'attaque, dans son quartier natal du Neudorf, au sud de la ville. Acculé, sans personne pour l'aider, le fugitif s'est finalement réfugié dans le quartier qu'il connaissait le mieux.

Depuis 50 heures, des centaines de policiers passaient ces rues au peigne fin. Le quartier de Neudorf, au sud de Strasbourg, a vu grandir puis mourir Cherif Chekatt, tué ce jeudi soir par la police, non loin du stade de la Meinau. La traque du suspect de l'attentat de Strasbourg, qui a fait 3 morts et 13 blessés mardi soir, s'est achevée au pied du 74 rue du Lazaret, entre le stade de la Meinau et la gare de marchandises de Neudorf, à 2 kilomètres au sud du centre-ville de Strasbourg, où a eu lieu l'attentat de mardi.

C'est dans ce même quartier de Neudorf que la trace de Cherif Chekatt a été perdue, mardi soir, après que le fugitif s'est confronté par deux fois aux forces de l'ordre et a été blessé par balle par un militaire d'une patrouille du dispositif Sentinelle. Le natif de Strasbourg a été vu pour la dernière fois au niveau de la rue d'Épinal, dans le nord du quartier, après s'être fait déposer par un taxi juste après l'attentat du marché de Noël. À moins d'un kilomètre d'ici se trouve une maison où Cherif Chekatt a vécu une quinzaine d'années.

Des recherches menées jusqu'en Allemagne

Dès après l'attentat, les forces de l'ordre ont mené des recherches tous azimuts - jusqu'en Allemagne ou en Suisse - où Chekatt avait déjà été condamné. Mais c'est finalement dans son propre quartier que le terroriste présumé a été retrouvé. Un quartier qui constituait son seul refuge possible et l'endroit qu'il connaissait le mieux pour s'y cacher. C'est dans ces rues du Neudorf que Cherif Chekatt a sombré très tôt dans la délinquance, alors qu'il était adolescent. De nombreux habitants du quartier ont raconté l'avoir croisé, jeune. "On le connaît tous, c’est un choc", affirmait un riverain sur France Info. Un autre jugeait que Cherif Chekatt "a changé en prison". D'autres encore, sur Europe 1, se souviennent des "prouesses de ce gamin, de ses frères et de leurs copains pour escalader les grillages, se glisser sur le toit d'un garage, se cacher dans une cabane, pour échapper aux forces de l'ordre". 

Un dédale d'entrepôts

Depuis mardi soir, poursuivi par des centaines de forces de l'ordre, le fugitif a pu se cacher dans le dédale d'entrepôts de la zone industrielle de la "Plaine des Bouchers" toute proche. Acculé, reclus, incapable de trouver de l'aide pour se soigner (les policiers ont repéré plusieurs traces de sang), traqué par le Raid après que des témoins ont donné l'alerte, Chekatt  aurait essayé d'entrer ici ou là dans des halls d'immeubles. 

Cette connaissance du quartier ne lui aura pas permis de tenir plus de 48 heures. A 21 h,  au pied d'un immeuble d'habitations de la rue du Lazaret, il a été abattu après avoir tiré sur 3 policiers. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Strasbourg : le suspect Cherif Chekatt abattu par la police

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter