Attaque au couteau à Reading : que sait-on du tueur présumé ?

Attaque au couteau à Reading : que sait-on du tueur présumé ?
Terrorisme

ATTAQUE - Ce dimanche 21 juin, la police britannique a estimé que l'attaque au couteau survenue à Reading, était qualifiée de "terroriste". L'assaillant présumé est toujours en garde à vue : il s'agit d'un jeune demandeur d'asile libyen, résident de la ville.

L'attaque, désormais considérée comme terroriste, a fait trois morts. L'émoi dans le pays est immense alors même que la Grande-Bretagne est toujours aux prises avec l'épidémie de Covid-19. Ce samedi 20 juin, en début de soirée, trois personnes ont été poignardées par un homme au Forbury Gardens, un parc de la ville de Reading, située à 60 km à l'ouest de Londres. 

La police a été appelée aux alentours de 19h, heure locale, et le suspect appréhendé dans les cinq minutes qui ont suivi l'arrivée des forces de l'ordre, selon John Campbell, responsable de la police locale. Le bilan est lourd : aux trois personnes sont mortes, trois autres ont été grièvement blessées. 

Je n'aurais jamais pensé qu'il puisse être capable d'une chose aussi horrible- Un voisin du tueur présumé, à Reading

Interpellé sur lieux et placé en garde à vue, l'individu suspecté d'avoir commis cet acte est un habitant de Reading d'origine libyenne et âgé de 25 ans. Il avait déjà attiré l'attention du renseignement britannique en 2019.  "C'était un homme avec les pieds sur terre, je n'aurais jamais pensé qu'il puisse être capable d'une chose aussi horrible", explique un de ses voisins à notre équipe sur place. 

Selon le Daily Telegraph, citant une source sécuritaire, sa "santé mentale" est considérée comme un "facteur majeur".  "Il avait l'air très bizarre", a déclaré Amir Hadyoon, un livreur de 31 ans racontant l'interpellation. "Il n'a pas dit un mot", "il s'en fichait il regardait juste.. il était complètement silencieux", a-t-il déclaré à des journalistes, cité par l'AFP.

 

Pour l'heure, la police n'est "pas en mesure de donner des détails sur l'homme arrêté ou de donner plus d'informations sur cette affaire", arguant qu'il s'agit d'une enquête anti-terroriste. "Il est vraiment important que nous ne compromettions pas l'enquête dans l'intérêt de la justice. Pour les victimes", justifient les forces de l'ordre. 

La police pense qu'il a agi seul

Les investigations de la police antiterroriste ont été menées toute la nuit dernière, débouchant sur des perquisitions à son appartement de Basingstoke Road, à Reading, par la police antiterroriste. Ce dimanche, en milieu d'après-midi, la police a estimé qu'il avait agi seul, "rien ne suggère que quelqu'un d'autre soit impliqué dans cet attaque", peut-on lire dans un communiqué de Thames Valley. 

Lire aussi

The Guardian indique qu'il a fait l'objet d'une condamnation, pour un délit mineur. Une information confirmée par plusieurs sources, selon le journal. 

Inchangé, le niveau de la menace terroriste au Royaume-Uni demeure classé "important", soit le troisième degré sur cinq dans l'échelle des autorités britanniques. Le public doit rester "vigilant" sans s'alarmer, a expliqué Neil Basu, chef de la police antiterroriste. 

Le Premier ministre Boris Johnson s'est dit "scandalisé et écœuré que des gens aient perdu la vie de cette manière". "Si des leçons doivent être tirées", "nous les tirerons", a-t-il déclaré, affirmant que le gouvernement "n'hésiterait pas à prendre des mesures" là où ce serait nécessaire. Le chef du gouvernement conservateur a tenu dimanche matin une réunion avec des responsables de la sécurité ainsi que plusieurs ministres à Downing Street, selon un porte-parole.

Le Royaume-Uni a connu deux attaques qualifiées de terroristes ces derniers mois. Fin novembre 2019, un jihadiste en liberté conditionnelle a tué deux personnes en plein cœur de Londres. L'assaillant, qui portait un gilet explosif factice, a été abattu par la police sur le pont de London Bridge. Usman Khan, 28 ans, était un ancien détenu pour des faits de terrorisme libéré à mi-peine. Il avait été condamné à 16 ans de prison pour un projet, inspiré d'Al Qaïda, de création d'un camp d'entraînement au Pakistan et d'attentat à la bombe contre la Bourse de Londres. Le 2 février dernier, trois personnes ont été blessées au couteau lors d'une attaque "de nature islamiste" selon la police dans une rue commerçante du sud de Londres. L'assaillant, déjà condamné pour des délits terroristes, avait été tué par la police. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent