Strasbourg : la police lance un appel à témoins pour Cherif Chekatt, le tireur présumé du marché de Noël

Terrorisme
SUSPECT - Le ministère de l'Intérieur a lancé mercredi un appel à témoins avec le nom et la photo de l'auteur présumé de l'attentat de Strasbourg, commis la veille. Il s'agit de Cherif Chekatt, né à Strasbourg le 4 février 1989.

Après des heures de recherches infructueuses, les autorités ont décidé d'émettre un appel à témoins avec la photo du principal suspect de l'attentat de Strasbourg, ce mercredi soir. Il s'agit de Cherif Chekatt, un homme né le 4 février 1989 dans la capitale alsacienne et suspecté d'être le tireur du marché de Noël de Strasbourg. Cet "individu dangereux", mesurant 1,80 m, est suspecté d'avoir tué au moins trois personnes et d'en avoir blessé 13 autres, dont une est actuellement en état de mort cérébrale. La Police nationale conseille de ne pas intervenir et d'appeler le 197. 


Malgré la mobilisation de plus de 700 policiers, Cherif Chekatt reste introuvable et Laurent Nuñez, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, n'a pas exclu qu'il ait pu fuir la France. Le gouvernement a renforcé le contrôle aux frontières dans le cadre du plan Vigipirate porté au niveau "urgence attentat".

Cherif Chekatt, 29 ans, est connu de la police et de la justice pour des faits de droit commun depuis l'âge de 10 ans. Il se serait radicalisé en prison, où il a fait de multiples séjours, y compris en Allemagne. Il a été condamné 27 fois pour des faits de droit commun, et inscrit au Fichier pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Également fiché S, pour "sûreté de l'Etat", il a été suivi par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Des témoins l'ont entendu crier "Allah Akbar", pendant son équipée meurtrière au cœur de la ville, selon le procureur de Paris, Rémy Heitz. Son père, sa mère et deux frères ont été placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Strasbourg : le suspect Cherif Chekatt abattu par la police

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter