Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : ces jours décisifs qui ont précédé le meurtre de Samuel Paty

Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : ces jours décisifs qui ont précédé le meurtre de Samuel Paty

Samuel Paty avait été entendu par la police avant le drame. Il avait expliqué le déroulement du fameux cours lors duquel il avait présenté les caricatures. Que disent précisément ses PV d'audition ? Et sa hiérarchie l'a-t-elle soutenu à ce moment-là ?

Les cours de Samuel Paty sur la liberté de la presse ont eu lieu les cinq et six octobre dernier devant des classes de 4ème. À ce moment, rien ne laisse prévoir le drame. Il distribue ces documents photocopiés et montre aux élèves une caricature de Mahomet issue des pages de Charlie Hebdo. "J'avais proposé à mes élèves de détourner le regard quelques secondes s'ils pensaient être choqués. Mon objectif était qu'ils ne se sentent pas froissés. À aucun moment, je n'ai déclaré aux élèves, les Musulmans vous pouvez sortir car vous allez être choqués. Je n'ai commis aucune infraction dans le cadre de mes fonctions", a-t-il dit.

Le 7 octobre, le collège exclut une élève pour motif disciplinaire qui n'a rien à voir avec ses cours. Son père Brahim C. publie un premier message sur Facebook dans lequel il demande le départ de Samuel Paty. Sa fille n'a pourtant jamais assisté au cours. "Elle a inventé un récit au travers de rumeurs d'élèves. Il s'agit d'une fausse déclaration dans le but de nuire à l'image du professeur que je représente", a poursuivi le professeur.

Le 8 octobre, le père de famille est reçu par la directrice du collège en compagnie de l'imam Sefrioui. Dès sa sortie, il porte plainte pour diffusion d'images pornographiques et publie une première vidéo d'insultes. Selon Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collèges (SNALC), la principale du collège, face à la situation, a appelé sa hiérarchie qui a fait venir un inspecteur spécialiste en laïcité.

Le douze octobre, la publication d'une deuxième vidéo, celle de l'imam convainc Samuel Paty de porter plainte pour diffamation publique dès le lendemain. Il donne enfin sa version des faits à la police, trois jours avant d'être assassiné.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 21/10/2020 présenté par Julien Arnaud sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 21 octobre 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

Le 20h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter