Attentat de Nice : l'opération Sentinelle renforcée pour protéger les lieux de culte

Attentat de Nice : l'opération Sentinelle renforcée pour protéger les lieux de culte

REPORTAGE - Un plan "urgence attentat" a été déclenché jeudi dans l'Hexagone. Les effectifs de l'opération Sentinelle vont passer de 3000 à 7000 militaires.

En réaction à l'attentat de Nice, Emmanuel Macron a annoncé le renforcement de l'opération Sentinelle, qui passe de 3000 à 7000 militaires. Son effectif atteint désormais près de 10% de celui de l'armée de Terre. Soldats de métier ou réservistes, ils veillent sur les lieux sensibles et peuvent aussi recueillir des renseignements. Cela participe d'une façon globale à la lutte contre le terrorisme, a affirmé Jean-Louis Bruguière, ancien juge antiterroriste.

Le plan Vigipirate a été relevé au niveau "urgence attentat" qui permet une mobilisation exceptionnelle pour une période limitée dans le temps. Dans le contexte actuel, on priorise à partir de lundi la protection des lieux de culte, mais aussi les écoles. Le pays compte en effet plus de 42.000 églises dont la plupart sont ouvertes et accessibles sans aucun contrôle. 

Toute l'info sur

L'attaque meurtrière à la basilique Notre-Dame de Nice

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 30/10/2020 présenté par Jacques Legros sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13H du 30 octobre 2020 des reportages sur l'actualité politique, économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Officiellement investi, Joe Biden promet d'être "le président de tous les Américains"

EN DIRECT - Stations de ski : pas de réouverture des remontées mécaniques le 1er février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter