VIDÉO - Hommage national aux Invalides : "Une vie donnée n'est pas une vie perdue", affirme Emmanuel Macron

Terrorisme

Toute L'info sur

Libération d'otages français au Burkina : l'hommage national aux deux militaires tués

HOMMAGE - Le chef de l'État a rendu hommage aux Invalides aux deux soldats Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont, "morts en héros" au cours de l'opération qui a permis la libération de quatre otages, dont deux Français, dans le nord du Burkina Faso.

Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont sont "morts en héros" en libérant quatre otages, dont deux Français, dans le nord du Burkina Faso, a affirmé Emmanuel Macron, au cours de l'hommage national rendu aux Invalides ce mardi. Le chef de l'État, qui a également évoqué l'otage française Sophie Pétronin - dernière otage française, détenue au Mali depuis décembre 2016 - a ajouté que "la France est une nation qui n'abandonne jamais ses enfants, quelles que soient les circonstances".

Lire aussi

"La mission était nécessaire"

Le président a décrit l'opération au cours de laquelle les deux soldats d'élite français sont morts, qui a permis la libération de quatre otages, dont deux Français, dans le nord du Burkina Faso. "La France était encore endormie en cette nuit du 9 au 10 mai lorsque à plusieurs milliers de kilomètres de Paris, au nord du Burkina Faso, nos forces spéciales s'engagèrent pour neutraliser un groupe de terroristes islamistes et pour libérer deux de nos compatriotes capturés huit jours plus tôt au Bénin".

"La mission était périlleuse. Les ravisseurs, déterminés, avaient encore les mains ensanglantés de l'assassinat du guide béninois, Fiacre Gbédji. La mission était difficile, a poursuivi Emmanuel Macron. "L'immensité plate et aride du Sahel ne laissait à nos militaire nulle possibilité d'approcher le campement des terroristes sans se dévoiler, sans s'exposer, mais la mission était nécessaire."

Sophie Pétronin : "Nous ne l'oublions pas"

Le chef de l'État a également évoqué la raison pour laquelle cette opération de libération a été décidée à cet instant. "Encore quelques heures et les otages seraient aux mains des terroristes maliens, avec le risque de perdre complètement leur trace", a-t-il expliqué. Et le président d'évoquer une autre otage française, Sophie Pétronin, "toujours aux mains de ses ravisseurs". "Nous ne l'oublions pas", a affirmé Emmanuel Macron, qui a ajouté que "ceux qui attaquent un Français doivent savoir que jamais notre pays ne plie".

Le président a enfin décrit les dernières instants de cette mission de libération. "Pour sauver la vie des otages, une seule solution, mener l'assaut sans ouvrir le feu", a-t-il expliqué. "Le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello n'hésitèrent pas un seul instant, défiant la mort pour sauver des vies. Il pénétrèrent, armes tenues silencieuses, dans les tentes. Rapidement, les otages, furent extraits, mais l'ennemi tira à bout portant." 

"Des soldats hors normes comme peu d'armées dans le monde ont la chance d'en compter"

"Morts en héros pour la France", les deux officiers "étaient des soldats hors normes comme peu d'armées dans le monde ont la chance d'en compter", a ajouté Emmanuel Macron avant d'élever les deux soldats au rang de chevalier de la Légion d'honneur. "Une vie arrêtée n'est pas une vie perdue. Une vie donnée n'est pas une vie perdue."

"Aujourd'hui par votre mort, vous entrez dans la lumière éclatante de l'histoire de notre pays", a-t-il dit, en indiquant leur nom serait inscrit sur les monuments aux morts de leur commune. Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont fait preuve d'une "bravoure inouïe" en intervenant contre les ravisseurs en pleine nuit "parce que, pour eux, rien n'est plus important que la mission, rien n'est plus précieux que la vie des otages", a déclaré Emmanuel Macron. "Nous ne céderons rien des combats pour lesquelles vous vous êtes engagés et avez donné votre vie", a-t-il ajouté en s'adressant aux deux soldats.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter