VIDÉO - La sangle de vie : ce lien qui unit les commandos Marine dans la vie et dans la mort

Terrorisme
HOMMAGE NATIONAL – Dans la cour des Invalides, les deux cercueils de Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux militaires tués lors de l’opération des forces spéciales au Burkina Faso – étaient reliés, symboliquement, par une "sangle de vie", ce lien qui - sous l'eau - unit les commandos lors des opérations des forces spéciales. Utilisée pour raison de sécurité lorsqu'ils sont en opération, cette sangle représente aussi la fraternité entre ces militaires.

Unis dans la vie. Et reliés dans la mort. Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont perdu la vie en libérant celle de 4 otages dans la nuit de jeudi à vendredi 10 mai dans le nord du Burkina-Faso. Ce mardi, pour l’hommage national rendu dans la Cour des Invalides, leurs deux cercueils étaient reliés, symboliquement, par une "sangle de vie", ce lien utilisé par les commandos marine en opération.  


"Les commandos marine sont des nageurs de combat. Dans les entraînements, les exercices ou les opérations, les nageurs de combat qui utilisent des appareils à gaz recyclable pour plonger travaillent en binôme et sont reliés par cette "sangle de vie", pour des raisons de sécurité", indique l'Etat major des Armées. "Elle permet l’assistance mutuelle entre les deux nageurs. Cette notion de binôme est fondamentale chez les commandos et apporte une force supplémentaire pour la conduite des opérations. Symboliquement, cette "sangle de vie" représente la fraternité."


"Sous l'eau, les nageurs de combat sont sanglés. Sur terre, ils sont liés", a déclaré, pour sa part, Emmanuel Macron dans son discours d'hommage aux deux soldats tués. 

  

En vidéo

Hommage national : le discours d'Emmanuel Macron aux Invalides

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Libération d'otages français au Burkina : l'hommage national aux deux militaires tués

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter