VIDÉO - Tour de France : chute et abandon de Marcel Kittel, qui laisse son maillot vert à Michael Matthews

TOUR DE FRANCE

ABANDON - Pris dans une chute ce mercredi au 19e kilomètre de la 17e étape, Marcel Kittel (Quick Step-Floors) a abandonné dans l'ascension du Col de la Croix-de-Fer. L'Allemand, vainqueur de cinq étapes sur le Tour, détenait le maillot vert. Michael Matthews (Sunweb), son dauphin, le récupère provisoirement.

Un coup dur et un chamboulement dans la quête du maillot vert. Marcel Kittel, vainqueur de cinq étapes depuis le départ de Düsseldorf le 1er juillet, a été contraint de quitter le Tour de France ce mercredi lors de la 17e étape. Pris dans une chute au 19e kilomètre, en compagnie du maillot à pois Warren Barguil (Sunweb), le sprinteur de la Quick Step-Floors - touché au genou et à l'épaule droite - a été lâché dès les premières pentes du Col d'Ornon. Attardé, et visiblement mal en point, il a finalement jeté l'éponge dans l'ascension du Col de la Croix-de-Fer. 

Matthews, le vert jusqu'à Paris ?

Leader du classement du maillot vert, récompensant le meilleur sprinteur de la Grande Boucle, Kittel laisse donc sa tunique à Michael Matthews (Sunweb), son dauphin, revenu à 9 unités de lui après le sprint intermédiaire d'Allemont. En difficulté, l'Allemand avait vu l'Australien revenir à grandes enjambées ces derniers jours. Matthews, le nouveau maillot vert provisoire, est bien parti pour le ramener sur les Champs-Élysées Paris. Il compte 160 points d'avance sur le deuxième, l'Allemand André Greipel (Lotto-Soudal), à quatre étapes de la fin.

Voir aussi

Sur les dix dernières éditions, il n'est arrivé qu'une seule fois que le maillot vert change de propriétaire pendant la dernière semaine de course. C'était en 2010. L'Italien Alessandro Petacchi l'avait d'abord perdu au profit du Norvégien Thor Hushovd avant de finalement le lui reprendre avant Paris. Pour voir un maillot vert abandonner en cours d'étape, il faut remonter plus loin, en 2003. Petacchi, encore lui, avait remisé son vélo entre Lyon et Morzine.

Lire et commenter