Tour de France 2017 - 8e étape : deuxième victoire d'étape française, le récital de Lilian Calmejane

DirectLCI
COCORICO - Quatre jours après la victoire d'Arnaud Démare à Vittel, Lilian Calmejane (Direct Energie) s'est imposé en solitaire lors de la 8e étape du Tour de France. Le Français succède à Sylvain Chavanel, son équipier, premier vainqueur français à la station des Rousses en 2010. Cerise sur la gâteau : l'Albigeois est le nouveau maillot à pois de la Grande Boucle.

Il y a cru jusqu'au bout. Pour son premier Tour de France, Lilian Calmejane est allé chercher la victoire au sommet de la station des Rousses, ce samedi 8 juillet lors de la 8e étape de la Grande Boucle. Le grimpeur de la formation Direct Energie, âgé de seulement 24 ans, parti en solitaire à 15 kilomètres de l'arrivée, a conservé son matelas d'avance pour décrocher la deuxième victoire française de cette édition 2017 et, par la même occasion, le maillot à pois récompensant le meilleur grimpeur du peloton.

C'était mon jourLilian Calmejane

"C'est énorme. Je ne réalise pas. C'est tout ce que je pouvais rêver au départ. J'ai des crampes et ce n'est pas passé loin de la catastrophe. C'était mon jour", a-t-il déclaré au micro du diffuseur France Télévisions. "J'ai eu vraiment très peur. Quand il a passé la ligne, c'était une délivrance", a reconnu quelques minutes plus tard son manager Jean-René Bernaudeau, qui fête son anniversaire ce samedi.


Du début à la fin, les protagonistes se sont disputés une lutte de tous les instants. Alors qu'aucune échappée n'était parvenue à se dessiner après 70 kilomètres, la deuxième partie de course a vu la formation d'un groupe de tête de 46 coureurs, dont Calmejane faisait partie. Il est finalement sorti du bois avec huit autres échappés.

Fort d'un panache dont il a le secret, l'Albigeois a pris sa chance à une quinzaine de kilomètres du final. Dans ce final irrespirable, comme seul le vélo sait nous en offrir, le grimpeur de Direct Énergie n'a jamais faibli dans la rude Montée de la Combe de Laisia les Molunes, puis à cinq kilomètres de l'arrivée au moment où il était victime de crampes. Culotté comme jamais, il a faussé compagnie à Serge Pauwels (Dimension Data), Nicolas Roche (BMC) ou encore Robert Gesing (Lotto-Jumbo), surpris par sa fougue et son caractère bien trempé. 


Jusqu'à la fin, et malgré la chaleur et le taux d'humidité, il a fait tourner son pédalier sans relâche pour s'assurer la victoire. Comme il l'avait fait, il y a un peu moins d'un an, en s'envolant lors de la 4e étape de la Vuelta. Un succès en guise de clin d'oeil à son aîné, Sylvain Chavanel, premier vainqueur français à la station des Rousses en 2010.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter