Tour de France : en jaune à la Planche des Belles Filles, Chris Froome a-t-il déjà gagné la Grande Boucle ?

Tour de France : en jaune à la Planche des Belles Filles, Chris Froome a-t-il déjà gagné la Grande Boucle ?

DÉCRYPTAGE - Le vainqueur sortant, Chris Froome, a pris les commandes du Tour de France dès la 5e étape remportée mercredi à La Planche des Belles Filles par le champion d'Italie Fabio Aru. Mais le Britannique a-t-il vraiment tué tout suspense ? Pas vraiment.

On le voyait écraser la première arrivée en altitude du Tour. On pensait qu'il allait creuser des écarts significatifs avec ses principaux rivaux. Il n'en a rien été, et pourtant ce mercredi, au soir de la 5e étape, le leader de la Sky est déjà en jaune. Troisième au sommet de la Planche des Belles Filles, après un final dantesque de 5,8 kilomètres avec un "mur" à 20%, celui qui s'est révélé sur ses pentes ardues un jour de juillet 2012 devient in-extenso le favori légitime à sa propre succession.

Lire aussi

Wiggins et Nibali, deux précédents qui font date

Car revêtir le maillot jaune en haut du massif des Vosges est souvent gage de victoire finale sur les Champs-Élysées. Une théorie qui est née et qui a été vérifiée lors de ses deux et uniques ascensions. En 2012, son équipier Bradley Wiggins a endossé la tunique jaune à la Planche des Belles Filles au soir de la 7e étape. Il l'a gardé jusqu'à Paris. Deux ans plus tard, Vincenzo Nibali a lui réussi un coup double grandiose lors de la 10e étape, en empochant la victoire d'étape et... le maillot de leader du général. À l'instar de Wiggins, premier Britannique vainqueur d'un Tour de France, l'Italien n'a jamais lâché le précieux. 

S'il est superstitieux, et qu'il ne croit pas au hasard, ce soir Froome imagine déjà ajouter une Grande Boucle à son palmarès, la quatrième après avoir ramené le maillot jaune à Paris en 2013, 2015 et 2016. Si non, le "Kényan blanc" - il est né au Kénya - doit afficher un joli sourire de circonstance. Pour autant, dans un cas comme dans l'autre, rien n'est fait, rien n'est joué.

La course est loin d'être dessinée- Chris Froome

D'ailleurs, il le dit lui-même : "la course est loin d'être dessinée". Car bien qu'il ait enfilé la tunique jaune très tôt, "un petit avantage" pour la suite selon lui, le Britannique sait que la route est encore longue. Il n'a qui plus est rien montré depuis le grand départ de Düsseldorf. On attend toujours ses démarrages cinglants, à une cadence infernale, qui avaient tant impressionné à la Planche en 2012, dans le Ventoux en 2013 ou encore dans la montée de La Pierre Saint-Martin 2015.

Lors de l'attaque décisive de Fabio Aru, il a reconnu - après coup - ne pas avoir réagi à temps. Rare, très rare quand on connaît le personnage et les qualités intrinsèques de Chris Froome. "J'ai attendu la réaction des autres. Mais personne n'a bougé. Je me suis décidé à y aller mais on a peut-être trop attendu", a-t-il déclaré, expliquant ainsi pourquoi il était si amorphe.

Des défaillances chez les autres favoris

Chris Froome en jaune, c'est aussi un enchaînement de circonstances heureux pour lui... un peu moins pour les autres. Chez les Movistar d'abord, l'abandon d'Alejandro Valverde dès la 1re étape s'est avéré préjudiciable pour le leader Nairo Quintana. Le Colombien, en difficulté dans les Vosges, n'a pu compter sur l'aide précieuse de son lieutenant pour le porter dans l'ascension. Chez Trek-Segafredo, Contador a beau avoir tout fait pour arriver frais sur la Grande Boucle, son âge (34 ans) joue contre lui. Et il a manqué de tempérament dans la montée finale, pourtant l'une de ses forces par le passé. Chez les BMC enfin, c'est la stratégie de course qui a fait incroyablement défaut. L'équipe de Richie Porte a passé plus de 150 bornes à l'avant du peloton, sans jamais demander de relais. Résultat, dans l'ascension, ses équipiers ont déjoué les uns après les autres et le leader de la formation américaine s'est retrouvé livré à lui-même et n'a pu concrétiser le travail de toute une journée.

En vidéo

Tour de France 2017 : les 5 étapes à ne (surtout) pas manquer

De cela, ses adversaires en ont conscience. Et comme tous l'ont rappelé, à l'issue de la 5e étape, le final du Tour - avec le Galibier et l'Izoard - pourrait tout remettre en cause. Chacun s'est peut-être réservé pour cet épilogue. L'avenir nous le dira.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Omicron : 12 cas d'infection désormais détectés en France, 38 pays concernés par le nouveau variant

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.