Tour de France 2017 - "Fuck ASO !" : Ullrich pas invité par les organisateurs, le tweet incendiaire de Lance Armstrong

DirectLCI
COUP DE GUEULE - Les organisateurs du Tour de France ont décidé de ne pas inviter Jan Ullrich à l'occasion du Grand Départ de Düsseldorf ce samedi 1er juillet. Lance Armstrong, agacé par le comportement de l'organisateur ASO, s'est lâché sur Twitter.

Lance Armstrong en a gros sur la patate. Indésirable sur la Grande Boucle après avoir été déchu de ses sept victoires sur le Tour pour dopage, l'Américain a dénoncé le comportement d'ASO, la société organisatrice de l'événement. Sur son compte Twitter mercredi, le Texan s'en est violemment pris au directeur de l'épreuve Christian Prudhomme et à ses collaborateurs qui n'ont pas invité le vainqueur du Tour 1997, l'Allemand Jan Ullrich, samedi au Grand Départ de Düsseldorf, en Allemagne.

Pfft, Fuck ASO !Lance Armstrong

"Dérouler le tapis rouge à des gars comme Jalabert, Virenque et Hinault (et beaucoup d'autres) et ne pas inviter Jan ? Pftf, Fuck ASO !", a écrit Armstrong, fustigeant - en anglais dans le texte - la différence de traitement entre les Français qu'il cite (Richard Virenque a été suspendu pour dopage) et Jan Ullrich. Le lauréat de l'épreuve cycliste reine il y a vingt ans avait avoué en 2013 avoir eu recours au dopage à l'EPO durant sa carrière. Mais contrairement à Armstrong, son nom n'a jamais été retiré du palmarès.

Les avis partagés sur le cas Ullrich

Samedi, au moment où les coureurs s'élanceront pour le contre-la-montre individuel d'ouverture dans les rues de Düsseldorf, l'ancien leader de Deutsche Telekom sera à une centaine de kilomètres de là, à Bocholt, afin de participer à une course de charité. "Je ne parle plus de dopage, je regarde vers l'avant", a répondu cette semaine dans Bild le seul Allemand à avoir été sacré au classement général. "Ça fait dix ans que j'ai arrêté, et on me parle toujours de dopage. Oui, j'ai fait des erreurs, mais j'ai été puni, et j'ai payé".

En Allemagne, les avis demeurent partagés sur le cas Ullrich. En mai cette année, les organisateurs du Tour de Cologne avaient recruté le retraité de 43 ans comme directeur sportif de l'épreuve cycliste. Mais en raison de la fronde organisée par certains médias, qui avaient menacé de boycotter l'événement, l'Allemand avait alors démissionné avant même d'entrer en fonction.


D'autre part, une partie du milieu du cyclisme allemand réclame de l'indulgence pour celui qui a finalement fait son mea culpa contrairement à d'autres champions. "Je trouve ça triste que Ullrich soit toujours traité comme ça après tant d'années", déplore le sprinteur André Greipel. "D'un point de vue humain c'est très dommage pour Jan Ullrich. Je peux m'imaginer que c'est incroyablement difficile pour lui. Chacun a droit à une seconde chance", a pour sa part déclaré jeudi son compatriote allemand Marcel Kittel. L'absence du vainqueur du Tour 1997 n'a pas fini d'agiter et de diviser le petit milieu du cyclisme.

Plus d'articles

Lire et commenter