Tour de France - On boucle la 4e étape : la première de Démare, le geste de Sagan et la chute de Cavendish... un final renversant !

DirectLCI
COMPTE-RENDU - Au terme d'un final houleux, marqué par plusieurs chutes dont celle de Mark Cavendish, le coureur de la FDJ Arnaud Démare a eu le dernier mot sur la ligne d'arrivée à Vittel. C'est la première fois depuis 2006 qu'un Français remporte une victoire au sprint. Geraint Thomas (Sky) est tombé mais reste en jaune.

Champagne à Vittel pour le cyclisme français. Ce mardi 4 juillet, Arnaud Démare a remporté la première victoire française sur cette édition 2017. Du jamais-vu pour un Français au sprint depuis Jimmy Casper à Strasbourg, le 2 juillet 2006. Dans les rues de la station thermale, le coureur de la Française des Jeux a pris le meilleur sur un petit groupe de sprinteurs qui a su éviter les multiples chutes dans les deux derniers kilomètres pour griller la politesse à Peter Sagan, vainqueur d'étape à Longwy la veille, et Alexander Kristoff.


La première chute a obligé plusieurs coureurs à mettre le pied à terre , piégeant notamment le maillot vert Marcel Kittel (Quick Step-Floors). La seconde a envoyé Mark Cavendish dans les barrières, suite à un coup de coude de Sagan. Le Britannique, à terre, a entraîné dans sa chute John Degenkolb et Ben Swift. Geraint Thomas (Sky), tombé à la flamme rouge, s'est relevé sans trop de dommages et conserve le maillot jaune.

Le classement général après cette 4e étape >>

Le vainqueur de l'étape

L'heure de gloire est arrivée pour Arnaud Démare. Récent champion de France, le sprinteur de la FDJ a décroché mardi son premier succès sur Grande Boucle, sur la 4e étape entre Mondorf-les-Bains et Vittel. "C’est extraordinaire, merveilleux. J'en rêvais depuis que je suis passé pro. L'équipe a été très forte. Je suis super heureux…", a-t-il confié tout sourire, au micro de France Télévisions. "Le premier objectif est atteint. Avec les gens que j'ai, on va encore faire de belles choses. Le maillot vert peut devenir un objectif. Et pourquoi pas récidiver." À suelement 25 ans et l'esprit libéré par ce succès, le Beauvaisien semble avoir déployé ses ailes.

Le Français du jour

Ça s'appelle la guigne. La malédiction de Nacer Bouhanni, leader de l'équipe Cofidis, sur le Tour de France se poursuit. C'est fait : le Vosgien, qui a enlevé des étapes sur le Giro et la Vuelta, n'a jamais été en réussite sur la Grande Boucle. Abandon dès la première semaine en 2013 et 2015 puis forfait l'année dernière, il comptait se refaire ce mardi, avec une arrivée au sprint à Vittel, sur ses terres. Incapable de sortir dans le finish, il a pris la 5e place loin de son compatriote Arnaud Démare, sa bête noire lors des deux précédents championnats de France. 

Le fait du jour

Avant le final favorable à Démare, Guillaume Van Keirsbulck a animé tant bien que mal cette 4e étape. Le Belge de l’équipe Wanty-Groupe Gobert avait attaqué dans les premiers kilomètres. Il a rapidement pris la poudre d’escampette. Il est resté finalement seul en tête pendant 191 kilomètres, comptant plus de 13 minutes d'avance sur la tête du peloton. Mais sans surprise, il a été rattrapé par la meute qui a fait la jonction à 15 bornes de l'arrivée à Vittel. Une journée galère qui lui aura au moins valu le prix du meilleur combatif de jour. Le Belge a finalement terminé l'étape à bout de forces au terme d'une échappée en solitaire pleine de panache bien que vaine. L'étape de mercredi avec l'arrivée prévue à la Planche des Belles Filles  (5,9 km de montée à 8,5%) devrait offrir un dénouement autre différent, les favoris étant attendus au tournant sur ce premier juge de paix.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter