Tour de France : 5 choses à savoir sur Michael Matthews, double vainqueur d’étapes et maillot vert aux Champs-Élysées

Tour de France : 5 choses à savoir sur Michael Matthews, double vainqueur d’étapes et maillot vert aux Champs-Élysées

TOUR DE FRANCE
DirectLCI
PORTRAIT – Au milieu des Démare, Greipel, Cavendish, Sagan et Kittel, Michael Matthews a réussi à tirer son épingle du jeu lors de cette édition 2017 du Tour de France. Certes aidé par les abandons successifs des sprinteurs favoris, l’Australien n’a pas démérité pour autant. Il est sorti vainqueur de la 14e étape à Rodez et de la 16e étape à Romans-sur-Isère et devrait boucler ces deux semaines de "Grande Boucle" avec le maillot vert sur les épaules.

Au jeu des pronostics, il n’était pas forcément celui qui figurait en tête de liste. Michael Matthews, sprinteur de l’équipe Sunweb, devrait pourtant terminer en tête du classement du maillot vert au terme de la dernière étape du Tour de France, aux Champs-Élysées. Avec 364 points, le sprinteur au dossier numéro 141 possède près de 160 points d’avance sur son dauphin, André Greipel, 204 points au compteur.


Malgré les abandons successifs d’Arnaud Démare, Mark Cavendish et du grandissime favori  Marcel Kittel, détenteur du maillot vert et vainqueur de 5 étapes sur le Tour, Michael Matthews n’a pas volé sa place avec deux victoires d’étapes, à Rodez et Romans-sur-Isère, rattrapant presque son retard sur Kittel avant l’abandon de ce dernier. Mais qui est vraiment Michael Matthews ?

  • 1Appelez le "Bling"

    Boucle d’oreille, bracelets en or, au sein du peloton du Tour de France, le style de Michael Matthews, à l’instar d’un Peter Sagan, ne passe pas inaperçu. D’ailleurs, l’Australien se surnomme "Bling" sur les réseaux sociaux, en référence à son côté "bling-bling". Pour autant, le sprinteur se défend d’être arrogant. "Si les gens me voient, ils pensent probablement que je suis arrogant, mais je ne suis pas une personne arrogante" déclarait-il notamment en 2014.

  • 2Un intérêt tardif pour le cyclisme

    Contrairement aux autres cyclistes, Michael Matthews n’a pas baigné dans le vélo depuis tout petit. Plus adepte de motocross et de BMX, l’Australien n’était pas plus intéressé que cela par le cyclisme. Il n’a débuté la discipline qu’à l’âge de 16 ans, alors que ses parents pensaient qu’il serait bon "en aviron ou en cyclisme". "Je n’avais jamais pensé à porter des collants et faire du vélo avec des pneus plus fins" expliquait-il, ajoutant qu’ils trouvaient les cyclistes sur route "ennuyeux".

  • 3Les pizzas comme régime

    Alors que l’hygiène de vie est l’une des clés du succès des coureurs, la plupart se serrant la ceinture au quotidien, ce n’est pas le cas de Michael Matthews. Ce dernier est d’ailleurs un grand amateur de pizzas, se permettant notamment le luxe d’en avaler une part en pleine ascension lors de la quatrième étape du Tour du Pays basque, en avril 2015. De quoi cultiver son côté excentrique.

  • 4A rencontré sa femme aux Mondiaux sur piste

    S’il est marié depuis 2015 avec Katarina, une Slovaque, le lieu de rencontre des deux tourtereaux est des plus singuliers.  En effet, il a croisé pour la première fois le regard de sa belle alors qu’il participait aux Mondiaux de cyclisme sur piste à Apeldoorn, aux Pays-Bas. Katarina travaillait quant à elle en tant qu’hôtesse pour un accessoiriste japonais, Shimano.

  • 5Une Porsche et une Yamaha comme joujoux

    Fan d’automobile et de bolides en tout genre, Michael Matthews est l’heureux propriétaire d’une Porsche Cayenne GTS, immatriculée "Bling" qu’il exhibe notamment sur son téléphone portable. Vivant à Monaco, il possède également une moto Yamaha, de quoi assouvir ses envies de vitesse. Comme tout bon sprinteur.

Plus d'articles

Lire et commenter