Le journal de bord du Vendée Globe : la bataille finale commence entre Armel Le Cléac’h et Alex Thomson

VENDEE GLOBE

VOILE – Partis de Vendée le 6 novembre, les skippers sont embarqués pour un tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance. Pour les Jack Bauer du duo de tête, à présent, c’est 48 heures chrono jusqu’à l’arrivée.

Thomson comme une fusée, mais Le Cléac’h résiste bien

Alex Thomson ne navigue plus, il vole. Le Gallois, bien décidé à tout tenter pour rattraper Armel Le Cléac’h dans la remontée de l’Atlantique, dernière ligne droite de la course, carbure à une vitesse proche de 17 nœuds. Mais le leader ne s’en laisse pas compter. Après avoir vu, ces derniers jours, son plus proche poursuivant réduire l’écart, il a repris quelque peu ses distances lors de la journée de lundi, comptant 75 milles d’avance au pointage de 9h ce mardi, contre 71 la veille. Autant dire que, à seulement 600 milles de l’arrivée (soit 2% du parcours), cela commence à sentir bon pour le Breton. 

Beyou prend une option sur la 3e place

Sous le même vent glacial, l'avant du reste de la flotte, se trouvant au grand large d’Agadir, a encore perdu du terrain sur les deux surhommes qui font la course en tête. Dans la lutte pour la dernière place du podium, Jérémie Beyou, légèrement ralenti, navigue tout de même à 14 nœuds. C’est mieux que son concurrent le plus sérieux, Jean-Pierre Dick, longtemps englué en-dessous des 10 nœuds dans une zone de transition. Du coup, Yann Eliès et Jean Le Cam, à l’affût, se rapprochent de la 4e place, à moins de 200 milles. Cela nous promet, là encore, beaucoup de suspense lors des 48 prochaines heures.

Le classement

En vidéo

JT 20H - Vendée Globe : Armel Le Cléach et Alex Thomson au coude-à-coude

Et aussi

Lire et commenter