Le journal de bord du Vendée Globe : Thomson grignote (un peu) son retard sur Le Cléac’h

VENDEE GLOBE

VOILE - Partis des Sables d’Olonne le 6 novembre, les skippers sont embarqués pour un tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance. Ce samedi, l’écart en tête de course s'est réduit entre Armel Le Cléac’h et Alex Thomson. Derrière eux, la flotte devrait franchir le symbolique Cap Horn dans les prochains jours.

Le Cléac’h en manque de vitesse

Depuis qu’il a pris les commandes du Vendée Globe, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) a œuvré pour mettre à distance et contenir la fougue d’Alex Thomson (Hugo Boss). Mais le Britannique n’a pas encore dit son dernier mot. Grâce à une bonne vitesse de navigation (18 nœuds) dans la nuit de ce vendredi à samedi, il a réussi à gratter 100 milles sur le leader alors qu’il devrait passer le Cap Horn ce dimanche sur les coups de 15h. De son côté, le skipper français a éprouvé quelques difficultés  dans sa navigation (seulement sept nœuds de moyenne). En conséquence, il pourrait changer de braquet en passant à l’est des Malouines pour bénéficier de plus de vent. 

Lire aussi

Un tir groupé en approche du Cap Horn

Pendant que Le Cléac’h et Thomson se tirent la bourre en tête de la course, un petit groupe de quatre skippers imprime aussi un rythme élevé et se rapproche du Cap Horn. Jérémie Beyou (Maître Coq) devrait être le premier puisque le seul écueil avec lequel il devra composer est un empannage ce dimanche. Derrière lui, Jean-Pierre Dick (Saint Michel-Virbac) sent sur sa nuque le souffle de Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et de Jean Le Cam (Finistère Mer Vent). Mais il dispose d’un atout dans sa manche puisqu’il devrait toucher du vent avant ses deux concurrents. De quoi lui permettre de se créer un petit matelas d’avance avant d’arriver au Horn jeudi prochain. 

Lire aussi

Le classement à 12 heures

Voir aussi

Et aussi

Lire et commenter