Le journal du Vendée Globe : ça repart pour Armel Le Cléac'h

VENDEE GLOBE

VOILE - Partis des Sables d’Olonne le 6 novembre, les skippers sont embarqués pour un tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance. Ce vendredi, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) est enfin sorti de la bulle sans vent dans laquelle il était englué depuis quelques jours et a repris un rythme lui permettant de reprendre un peu d'avance sur son dauphin Alex Thomson (Hugo Boss).

Le Cléac'h respire

Il ne stagne plus. Armel Le Cléac'h en a enfin fini avec l'anticyclone qui le ralentissait dangereusement ces derniers jours. Car avec plus de 800 milles d'avance sur Alex Thomson au passage du Cap Horn il y a une semaine, l'écart entre le leader de la course et son dauphin était passé à 28 petits milles ce vendredi martin à 5 heures. De quoi sérieusement inquiéter Le Cléac'h, dont tout le monde pensait qu'il avait déjà ce Vendée Globe en poche. Mais ce midi, le skipper français est finalement parvenu à déjà reprendre un peu le large sur le Britannique, avec près de 96 milles d'écart entre les deux hommes.

En vidéo

Vendée Globe : la "remontada" d'Alex Thomson sur Armel Le Cléac'h

La course n'est pas jouée

A contrario, Alex Thomson entre dans cette fameuse zone anticyclonique et devrait être ralenti pour une grosse partie de la journée, ce qui devrait de nouveau creuser les écarts entre le Gallois et son rival breton. Pour autant, la course est toujours loin d'être jouée, puisque jusqu'au Cap Frio, au nord de Rio de Janeiro, les conditions météorologiques devraient réserver quelques surprises à ce duo de tête. "Des bulles sans vent, des tentacules anticycloniques, des mini-dépressions, des alizés asthmatiques, des fluctuations imprévisibles de Sainte-Hélène, des pamperos (de vent de sud-ouest, accompagnées de violents orages ndlr) qui descendent de la cordillère des Andes", sont entre autres au menu ont ainsi annoncé les organisateurs de la course dans un communiqué.

Dick passe le Cap Horn

En troisième position, Jérémie Beyou (Maître CoQ) souffre toujours de problèmes de communication et a donc du mal à récupérer les données météo.  Mais il parvient à maintenir son écart de plus de 700 milles avec son premier poursuivant, Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac). Ce dernier a d'aillelurs passé le Cap Horn tôt vendredi matin et a célébré son cinquième passage du Cap mythique par un message sur le réseau social Twitter. Ses deux poursuivants, Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) et Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), devraient suivre une dizaine d'heures après lui. Entre ces deux skippers, le mano a mano continue puisqu'une dizaine de milles, seulement, les séparent. 

Le classement à midi

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter