Vendée Globe 2016 : pourquoi tout le monde s'excite autour des foils ?

VENDEE GLOBE
VOILE - A quelques jours du grand départ de la plus grande course au monde, dimanche 6 novembre depuis les Sables-d'Olonne, un débat agite les observateurs : celui des foils, une pièce supplémentaire dont sont équipés 7 bateaux sur les 29 partants.

On les surnomme les "moustaches". Innovation technique de ce Vendée Globe 2016, les foils, pourraient être l'arme fatale pour certains des concurrents qui s'apprêtent à faire ce tour du monde à la voile en solitaire (sans escale ni assistance). Concrètement, cet élément, deux sortes de tiges recourbées placée de chaque côté de la coque du bateau, permet de soulager les carènes des navires en les soulevant un peu plus au-dessus de la surface de l'eau et ainsi de réduire la traînée hydrodynamique. Ce qui offre désormais aux monocoques la possibilité d'atteindre des vitesses naguère réservées aux multicoques. Les spécialistes estimant que les bateaux équipés vont 10 % plus vite que ceux à dérive droite (classique). 

Icare est-il en train de faire la peau à Archimède, comme le résume joliment François Gabart (vainqueur de la dernière édition) dans son livre "Rêver large" ? La question fait en tout cas l'objet de débats passionnés depuis plusieurs mois au sein de la communauté des architectes et des coureurs. Et la réponse n'est pas évidente, car si les foils ont effectivement démontré leur efficacité au "reaching" (allures portantes), ils ont aussi la réputation d'être fragiles et de "traîner de l'eau" au près, contre le vent. La planète voile attend donc avec impatience le départ (et l'arrivée...) de cette 8e édition du Vendée pour savoir si, comme le dit Sébastien Josse (Edmond de Rothschild), ces appendices sont "une véritable révolution". 

À cause des foils, la navigation devient beaucoup plus physique

Quentin Lucet, chargé des Imoca 60 (18,28 m) - les voiliers du Vendée Globe - dans le cabinet VPLP qui, avec Guillaume Verdier, a signé les 7 "foilers" de la course, estime que tout dépendra sans doute de la résistance physique des skippers : "Les Imoca à foils génèrent des mouvements très violents en latéral comme en longitudinal, explique-t-il à l'AFP. Dans le mauvais temps, leurs skippers finissent par se déplacer à quatre pattes. Les phénomènes d'accélération et de décélération sont particulièrement brutaux. Les bateaux rattrapent les vagues et quand ils rentrent dedans, c'est comme dans un mur".

À voir : les Sables-d'Olonne pris d'assaut par la foule

En vidéo

JT 13H - Vendée Globe : les Sables-d'Olonne pris d'assaut par la foule

 Un sérieux inconvénient, sans parler de la place que cette installation prend dans l'habitacle du bateau, donc. Mais tout de même un sacré gage de performance. "Le mental et le physique suivront-ils ? On ne sait pas, on n'a pas de réponse, poursuit Lucet. Les bateaux à foils sont très performants. On en est à la 3e génération et à l'évidence, ça fonctionne. Certaines équipes ont mentionné des gains de 3 nœuds (5,5 km/h), ce qui est énorme". Reste que pour le Vendée Globe, c'est pendant près de 78 jours (record à battre, établi par Gabart en 2013) qu'il va falloir encaisser cette avancée technologique.

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter