Vendée Globe : 3 chiffres à retenir de la victoire de Le Cléac'h

VENDEE GLOBE
DirectLCI
VOILE - Vainqueur de cette 8e édition ce jeudi, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) est le héros du jour. Une victoire remportée en un temps record, à l'image d'une course gigantesque, que le Breton a su mettre à hauteur.

74 jours, un temps pour l'histoire

Avec une traversée record effectuée en 74 jours, 03 heures, 35 minutes et 46 secondes, Le Cléac'h a explosé la précédente marque de François Gabart en 2013 (78 j 02 h 16 min 40 s). Un temps canon rendu possible par des premiers jours de course à vitesse grand V, menés par un Alex Thomson qui a rallié les Sables-d’Olonne à l'équateur en 9 jours, 7 heures et 3 minutes. De son côté, Le Cléac'h est ensuite allé des Sables-d'Olonne au cap Leeuwin en 28 jours, 20 heures et 12 minutes, des Sables-d'Olonne au cap Horn en 47 jours et 32 minutes, et des Sables-d'Olonne à l'équateur (pour le passage retour) en 61 jours 12 heures 21 minutes. Treize jours plus tard, le Breton était donc accueilli jeudi en héros en Vendée. A titre de comparaison, le premier vainqueur du Vendée, Titouan Lamazou, avait mis 109 jours pour boucler son tour du monde en 1990 et Michel Desjoyeaux, 84 en 2009. Bien loin des 74 jours en mer de Le Cléac'h en 2017.

Plus de 4 millions d'euros pour un bateau en or

Si Armel Le Cléac'h a pu filer aussi vite sur les mers du globe, c'est évidemment grâce à son talent de navigateur, aussi un peu à la faveur de son incroyable duel avec Alex Thomson, mais surtout grâce à son bateau, le désormais célèbre Banque Populaire VIII. Un 60 pieds IMOCA équipé de foils, qui a donc tenu bon tout le long de la course, malgré parfois des conditions climatiques dantesques. Mis à l'eau pour la première fois en juin 2015, le bateau de Le Cléac'h est un concentré de ce qui se fait aujourd'hui de mieux en termes de navigation. Pour un coût initial de la construction estimé à 3,5 millions d'euros, le développement total de Banque Populaire VIII pour ce Vendée Globe 2016-2017 aurait au minimum coûté 4,5 millions d'euros, selon le magazine spécialisé Voiles et Voiliers.

160.000 euros, un prize money modeste

La voile, ce n'est pas le football. Si les clubs du monde entier, et notamment les Chinois, se disputent les joueurs à coup de dizaines de millions d'euros durant ce mercato d'hiver, en mer, on reste beaucoup plus raisonnable. Ainsi, Armel Le Cléac'h, vainqueur de la plus grande course à la voile au monde, va toucher 160.000 euros pour sa performance. Une somme évidemment conséquente pour le commun des mortels, mais finalement assez modeste par rapport à l'exploit, aux risques pris et aux investissements financiers consentis pour l'effectuer. D'autant que le prize money de ce Vendée Globe est à fortement relativiser, puisqu'il égale péniblement ce que gagne un joueur éliminé dès les 8es de finale de Roland-Garros. Pas très cher payé pour Le Cléac'h.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter