Vendée Globe : superbe dauphin de Le Cléac'h, Thomson est arrivé aux Sables d'Olonne

Vendée Globe : superbe dauphin de Le Cléac'h, Thomson est arrivé aux Sables d'Olonne
VENDEE GLOBE
DirectLCI
VOILE – Au lendemain de l’arrivée triomphale d’Armel Le Cléac’h, le skipper gallois Alex Thomson s'est classé deuxième du Vendée Globe et a franchi la ligne d’arrivée ce vendredi matin en 74 jours, 19 heures et 35 minutes de course.

C’est l’autre grand bonhomme de ce tour du monde à la voile sans escale et sans assistance. Après avoir livré depuis le 6 novembre un incroyable duel avec Armel Le Cléac’h, vainqueur de la 8e édition du Vendée Globe jeudi en fin d’après-midi en un temps record (74 jours, 3 heures, 35 minutes), Alex Thomson a également franchi la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne ce vendredi matin aux alentours de 8h35, seize heures après le Français, bouclant ainsi sa course en 74 heures, 19 heures et 35 minutes à bord d’Hugo Boss.

Le dauphin du skipper de Banque Populaire réalise lui aussi une performance historique puisqu’il fait mieux que le temps de référence de la précédente édition établi par François Gabart, vainqueur en 78 jours. Contraint d’abandonner en 2004 et en 2008 et monté sur la troisième marche du podium en 2013, Alex Thomson (42 ans) signe ainsi son meilleur résultat sur cette épreuve particulièrement exigeante dont il sort totalement vidé. "La seule chose que j’ai en tête, c'est que je veux dormir plus d’une année", disait-il mercredi. 

En vidéo

Vendée Globe : Alex Thomson boucle le tour du monde en 74 jours et 19 heures

Une folle remontée de l'Atlantique

Thomson l’a bien mérité au regard des efforts consentis depuis la perte son foil tribord le 19 novembre. Lancé pleine balle, le skipper d'Hugo Boss avait imprimé un rythme d'enfer à son plus sérieux concurrent en début de course et franchi le 24 novembre le cap de Bonne Espérance en 17 jours seulement, pulvérisant de 5 jours l'ancien record d'Armel Le Cléac'h, avant de payer fort logiquement le contrecoup de son avarie au moment de la traversée du Pacifique.

Relégué à près de 820 milles du leader de la flotte lors du passage du Cap Horn le 25 décembre et quasiment donné perdant, le navigateur gallois avait pourtant failli dépasser le Français en filant à des vitesses impressionnantes dans la remontée de l'Atlantique, s'offrant même le 16 janvier le record de la distance parcourue par un solitaire en 24 heures, soit 536,81 milles, ce qui lui avait permis de revenir à une trentaine de milles du futur vainqueur à la veille de l'arrivée aux Sables d'Olonne. Fatigué et ereinté, il ne parviendra pas à combler son retard sur Le Cléac'h. A défaut de remporter ce tour du monde à la voile, Thomson aura gagné le respect.

En vidéo

JT 13H – Vendée globe : épilogue d’un duel de 75 jours

Plus d'articles

Lire et commenter