Comment certains peuvent-ils mener une double vie ?

Vie de couple
DOUBLE JEU - Quand elle est découverte, c'est tout un monde qui s'écroule pour la personne dupée. Avoir une double vie est-il fréquent et comment ce type de situation naît-il ? Un sexologue nous éclaire.

Elle est bien plus extrême qu'une simple infidélité. Et ne serait pas si rare. "Dans mon cabinet, j’ai souvent été confronté à des cas de double vie", nous assure le sexologue Patrick Papazian. "Ce sont souvent des personnes plutôt fortunées pouvant discrètement entretenir deux foyers en France et à l’étranger, avec, parfois, la famille en France qui ignore tout de la vie de sa 'famille miroir' dans un autre pays. J’ai toujours été sidéré par les capacités de dissimulation dont fait preuve la personne dans ce cas-là."


Comment cette double vie peut-elle se vivre, se gérer sans éveiller le soupçon de l’autre ? "La double vie implique un double langage, une double gestuelle", poursuit le sexologue. Un clivage qui sépare la simple incartade amoureuse parfois 'pardonnable'. "Ce jeu de dupes est souvent symptomatique, pour celui qui l’a mis en place, d’une personnalité pathologique, manipulatrice, clivée et/ou d’une souffrance psychique importante, avec carence affective, besoin de réassurance, manque absolu de confiance en soi ou, à l’inverse, mégalomanie qui frôle la toute-puissance." Une manière de se placer au-dessus de tout, y compris du schéma familial traditionnel : "Dans tous les cas, la découverte du pot aux roses est dévastatrice pour la conjointe, plus rarement le conjoint, même si l’on manque de données sur la répartition hommes/femmes de ces schémas."

Un couple en forme de leurre

Avec la découverte de ce pot aux roses, c'est tout un pan de la vie et de la personnalité de celui qui partage sa vie avec vous qui apparaît soudainement au grand jour : "Ça, c’est d’une violence inouïe", assure Patrick Papazian. Mais la vraie question qui se pose reste : comment naissent ces doubles vies ? "Plusieurs situations existent", selon le sexologue : "Une volonté délibérée de mener deux vies à la place d’une quand la mégalomanie l’emporte, ou, à l’inverse, le fait de se laisser emporter par les événements et, parfois, par une personne elle-même perverse qui prend plaisir à faire du mal par procuration à l’épouse ou l’époux en construisant un couple, voire une famille miroir, qu’elle suppose supérieure à l’originale ! J’ai le souvenir d’un homme qui s’était fait prendre 'la main dans le sac' par sa femme alors qu’il était parti en vacances avec son autre compagne et leurs deux enfants… Il m’avait dit que sa seconde femme ne cessait de lui demander de comparer, de dire à quel point il préférait être avec elle qu’avec sa femme légitime, et il se sentait pris au piège. Ces doubles vies se construisent donc sur des terrains parfois opposés : excès de confiance en soi ou, à l’inverse, faiblesse de caractère et passivité dans les processus décisionnels, voire victimisation."

Personne n’est irréprochable mais rien ne fait le lit de la double vie de l’autre, et c’est ce message qui doit être passé aux victimes.Patrick Papazian, sexologue

Quoi qu'il en soit, l'effet se révèle dévastateur dans un couple, donnant le sentiment fort à la personne dupée de perdre son socle. "Remettons les choses à leur place, répond Patrick Papazian : la victime, c’est la personne trahie, car le choc de cette découverte n’est pas comparable à la souffrance que rencontre parfois la personne qui dissimule. La personne dupée cumule trahison, manque de confiance en elle et d’estime pour elle, humiliation vis-à-vis du cercle amical ou familial, et, encore plus cruel, les doutes parfois susurrés par des personnes malveillantes : 'si ça lui est arrivé, il ou elle l’a bien cherché !'. Non, personne ne cherche ça, un couple n’est pas un long fleuve tranquille, personne n’est irréprochable mais rien ne fait le lit de la double vie de l’autre, et c’est ce message qui doit être passé aux victimes."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter