Ces erreurs rédhibitoires qui coupent toute envie de "matcher" sur les sites de rencontres

Vie de couple
DirectLCI
TUE-L'AMOUR - Abréviations, néologismes, impolitesse, lourdeur... Nous avons soumis des perles relevées sur les applications de rencontres, de celles qui ne donnent pas envie de donner suite, à l'une de ses adeptes. Elle dispense ses conseils aux profanes.

On ne compte plus le nombre d'applications de rencontres : Happn, Tinder, Bumbl, Lovoo, ou encore Badoo cartonnent et imposent de nouvelles formes de séduction. Tout le monde s'y met, même des célébrités. Un petit rappel sur ce qu'il s'y passe pour ceux qui sont en couple depuis quinze ans ou plus : des profils de garçons ou de filles situées dans les environs se succèdent à l'infini et il suffit de "swiper" à gauche ou à droite, ou alors de cliquer sur "croix" ou "cœur", pour dire si oui ou non on est ouvert à une rencontre. Une sorte de supermarché du cœur qui peut déboucher sur de vraies relations durables, ou vous faire aimanter du lourdingue poids lourd. 


Nous avons demandé à Louise, 26 ans et adepte de ces applis, de nous aider à faire le point sur les éléments rédhibitoires coupant toute envie de "matcher".

Premier point : comment ne jamais commencer une discussion sur une appli de rencontres ? C'est simple, par une accroche grossière de ce type, qui donne envie de prendre ses jambes à son cou. "Bonsoir coquine, je bloque direct", tranche Louise. 

Autre moyen rébarbatif pour entamer une conversation : le "wsh" (comprendre "ouaich" ou "wesh"), qui ne remplacera jamais le très urbain "Bonjour". "Hello" est bien sûr toléré. "Il s'est cru où lui, dans un vestiaire ? Il m'a prise pour qui ?", commente Louise. 

Comment faire bonne impression sur une appli de rencontres ? Le minimum consiste à bien soigner sa bio : outre la photo ("Évitez de vous mettre en photo avec vos amis, ce n'est pas le lieu", conseille Louise), cette courte présentation doit donner envie de vous connaître plus en profondeur. Ainsi, même pour de rire, parler de "Dieu", de "créateur de l'Univers" et autres "fonder une famille" laisse quand même entrevoir les prémisses d'une apocalypse à laquelle chacun a envie d'échapper.

Autre conseil de notre reine de l'appli : lorsqu'on ne vous désire pas sur Tinder, ne pas chercher à retrouver sa target via les réseaux sociaux comme Instagram. Quand on dit "non", c'est "non". 

Parler en français pour dire n'importe quoi est une chose; le traduire en anglais, encore plus effroyable. "Comment voulez-vous que quelqu'un de normalement constitué matche là-dessus ?, interroge Louise. Ce qui peut être drôle sur Tinder, c'est vraiment que tu trouves n'importe quoi. Mais trop de n'importe quoi peut donner l'impression de perdre son temps."

Afficher la couleur tout de suite ("Je ne cherche pas de plan cul") alors qu'il s'agit d'une appli de rencontres peut sembler paradoxal, non ? A moins que ces applis soient les nouveaux lieux à la mode pour enfiler des perles : "J'ai commencé une discussion avec un mec qui me plaisait bien, se souvient Louise pour LCI. Il était mignon mais rapidement la discussion devenait ennuyeuse, il n'était pas spécialement drôle et ne donnait pas envie de boire un verre avec lui. Encore une fois, la photo ne suffit pas, il faut avoir de la répartie, de l'humour. C'est très très important car c'est l'assurance de ne pas s'ennuyer. Ceux qui viennent sur ces applis ont peur de l'ennui comme du vide."

Faire de l'humour mathématique à grands coups d'émojis et d’abréviations tendance, est-ce la bonne équation pour séduire ? "Mine de rien, c'est là où l'on se rend compte que la toute première phrase d'accroche est fondamentale, elle détermine d'emblée si cela vaut la peine de continuer ou pas. Quelqu'un qui sort 't'as l'air grave grande' m'indique d'emblée qu'il ne va pas me réciter du Verlaine au petit déjeuner."

Vous le sentez, le profil fake, ou pas du tout ? "L'avantage d'un compte Tinder, c'est qu'il est relié à Facebook, souligne Louise. Donc, pour peu que vous ayez vous-même un compte, vous pouvez voir les différentes connexions, donc savoir s'il a des amis, s'il ne s'agit pas d'un faux compte. Il n'est pas inutile de googliser sa target pour voir si cette personne existe réellement, si la jolie photo n'est pas qu'une illusion d'optique".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter