Planifier ses relations sexuelles, est-ce vraiment la clé pour entretenir la flamme ?

Vie de couple

AGENDA SEXUEL - On dit souvent qu'une activité sexuelle régulière rime avec couple qui marche. Faut-il pour autant planifier les rapports sexuels, comme le font certains, pour entretenir la forme ? Un sexologue nous donne son point de vue.

Faut-il prendre rendez-vous avec son ou sa partenaire pour faire l'amour ? C'est la question que pose un article publié cette semaine dans The Guardian* en donnant la parole à des couples qui, afin d'entretenir la flamme dans une relation à long terme, planifient la date à laquelle ils succombent aux étreintes charnelles. Une manière de se retrouver lorsque les couples, a fortiori avec enfants, ne trouvent pas forcément le temps pour faire des câlins - certains, cités dans l'article, utilisent le prétexte d'un massage ou usent d'un nom de code pour accomplir le rituel. 

Alors, cette manière de planifier le sexe comme un rituel est-elle monnaie courante ? Plutôt, oui, selon le sexologue Patrick Papazian : "Il s'agit effectivement d'une tendance que j’observe autour de moi, généralement chez les couples ensemble depuis une dizaine d’années, plutôt urbains, ayant au moins un enfant et travaillant tous les deux." Et est-ce bon ou mauvais pour les deux partenaires de coucher leur désir sur un calendrier ? "La planification de la sexualité peut être une catastrophe ou une nouvelle chance pour la sexualité du couple, tout dépend de ses modalités, répond Patrick Papazian. Une catastrophe s’il s’agit d’une planification rigide, qui ne laisse aucune place au désir des deux à l’instant crucial. Si l’un des deux se force parce que "c’est planifié", si le couple estime "cocher la case de la sexualité" grâce à cette planification, les conséquences sont parfois délétères pour l’intimité du couple, sa complicité, sa sensualité. C’est une sexualité vitrine qui est mise en place, qui rassure le couple parce qu’elle existe, mais qui nourrit les ressentiments, les frustrations, donc la relation." 

Lire aussi

Alterner spontanéité et planifications

Le sexologue note toutefois qu'il existe des planifications sensuelles permettant de se réjouir du moment à venir, comme ces couples se disant "dans 48 heures, nous ferons l’amour" : "Il s'agit là d'une belle invitation qui permet à chacun de se préparer dans sa tête, d’imaginer de nouvelles manières de prendre et donner du plaisir, d’envoyer, pourquoi pas, des sextos ou de laisser des messages équivoques pour faire monter la température et se mettre en condition pour prendre du plaisir le jour J. Cette planification sensuelle, cette érotisation du temps entre l’instant où l’on planifie et l’instant où l’on fait l’amour peut au contraire renforcer la complicité du couple, qui utilise son imaginaire érotique et sa capacité de communication pour exciter l’autre (et soi-même)." 

Au final, le sexologue conseille l'entre-deux : "Je dirais donc qu'il ne faut pas de planification systématique du genre 'le samedi, c’est câlin au lit', mais alterner des moments de spontanéité et des planifications bien pensées, 'scénarisées' pour qu’elles s’inscrivent dans le parcours érotique du couple… et l’enrichissent."

* Article publié dans The Guardian 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter