"Mon cœur", "mon chaton"... Est-on obligé de donner un surnom à son partenaire ?

"Mon cœur", "mon chaton"... Est-on obligé de donner un surnom à son partenaire ?
Vie de couple

ROUDOUDOU - Selon un sondage, les Français sont nombreux à donner des surnoms à leur moitié. Vous faire appeler "mon poussin" par votre partenaire vous hérisse le poil ? Même si ce genre de surnom affectueux peut paraître niais pour certains, ce serait en fait très bénéfique pour le couple. Explications...

Dans une relation, passés les premiers rendez-vous, le rapprochement physique, puis l'officialisation, vient le temps des petits surnoms que l'on s'échange affectueusement. "Bébé", "Mon lapin", "Ma puce"... autant de marques d'attention que certains vont déclamer ouvertement, quand d'autres ne chercheront pas à s'en vanter, de peur d'être moqués par leurs proches. Car oui, le sujet divise, il y a clairement les pro et les anti "chouchou" et autres "doudou". Et bien, contre toute attente, sachez que ces petits mots font beaucoup de bien aux couples. 

Selon la médecin sexologue Catherine Solano, "donner un surnom à son ou sa partenaire, c'est lui montrer qu'il est spécial pour nous. Une façon de se rapprocher de lui, de le baptiser en quelque sorte", assure-t-elle à LCI. Même son de cloche pour la thérapeute de couple Sophie Touttée Henrotte : "C'est important car cela personnalise la relation, sinon certains peuvent avoir l'impression d être collègues ou colocataires. Quand il y a des reproches à faire, on va plutôt utiliser le prénom. Le surnom sera lui plus doux, plus ludique, plus en lien. Cela crée de la complicité, une certaine connivence", nous dit-elle. 

"Mon cœur", surnom le plus plébiscité par les Français !

Et ça tombe bien, car selon un sondage Yougov pour la marque de bonbons au chocolat "Mon Chéri", les Français sont nombreux à donner des surnoms à leur moitié. Plus d’un tiers d'entre eux (39%) l'appellent "Mon Cœur". C’est d’autant plus vrai pour les femmes : près de la moitié (45%) l’utilise, contre 33% des hommes interrogés. "Mon Amour" (32%) arrive, lui, en seconde position. À noter que l’on s’appelle beaucoup plus "Mon Amour" entre 18 et 24 ans (45%) que lorsque l’on a plus de 55 ans (26%) ! À la troisième place du classement, on retrouve "Mon Bébé" (11%), suivi par "Mon Chaton" (9%) et "Mon Doudou" (8%).

Toujours selon ce sondage, quelques Français apprécient également de se donner des surnoms faisant référence à des animaux, même s’ils sont aujourd’hui peu nombreux. On retrouve ainsi en première place "Mon Lapin" (4%), suivi de "Mon Poussin" (3%), "Mon Canard" (1%) et enfin "Mon Bichon" (1%). Cela révèle-t-il quelque chose sur la relation ? "Certainement, car on le voit bien, quand on donne un surnom à son partenaire, ce sont très souvent des petits mots enfantins. Cela dit que l'on est dans une relation vraiment amoureuse, qu'il y a un lien affectif important", analyse Catherine Solano. 

"Les surnoms comme 'Mon bébé' ou 'Mon poussin' montrent aussi qu'il y a un côté maternage dans la relation, et je pense que c'est quelque chose de très important dans l'amour. Cela revient à dire qu'on a envie de protéger l'autre, qu'il se sente bien. Et quand je dis ça, ce n'est pas que de la part des femmes, c'est des deux côtés", poursuit la thérapeute. "D'ailleurs quand on est amoureux, on est sous l'effet d'une hormone, l'ocytocine - la même pendant l'orgasme, au moment de l'accouchement et de l'allaitement - qui est une hormone d'attachement. Du coup, quand on donne un surnom, on est dans ce côté attachement qui n'est ni de l'amour passionnel, ni de l'attirance physique, c'est juste une autre dimension de l'amour".

Des différences en fonction des régions

Autre révélation de ce sondage, que l’on habite à Lille, à Paris ou à Marseille, on remarque des petites variantes dans l’usage de ces mots doux. En région Parisienne, "Mon Cœur" arrive en tête de liste (37 %), tandis que "Mon Chaton" est le surnom le plus populaire (12%) comparé au reste de la France (8%). "Mon Bébé" est définitivement le surnom de l’Est de la France : beaucoup plus utilisé dans le Nord-Est (13%) que dans le Nord-Ouest (8%) et de même dans le Sud où il est plus populaire dans le Sud-Est (14%) que dans le Sud-Ouest (9%). À l’inverse, on est plus susceptible de s’appeler "Mon Amour" dans le Sud-Ouest (34%) que dans le Nord-Ouest (29%). 

Alors, que dire aux réfractaires ? Si vous n'avez pas encore trouvé chaussure à votre pied, ou plutôt surnom à votre amoureux/amoureuse, dépêchez-vous de le faire ! "Je ne serais pas aussi radicale", tempère Catherine Solano. "Disons qu'il y a d'autres manières de créer de l'attachement, en parole, en gestes... mais le surnom peut y participer grandement". 

Ce sondage a été réalisé en ligne à partir du panel de répondants YouGov France (175.000 personnes en France ayant accepté de répondre à des sondages pour YouGov).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter