"Ringarde", "commerciale"... mais pourquoi fête-t-on encore la Saint-Valentin ?

Vie de couple
TOUS CUPIDONS - Chaque année, elle est qualifiée de "ringarde" ou "trop commerciale". La Saint-Valentin, qu'on adore détester, n’en reste aujourd'hui pas moins toujours très célébrée en France. Un sociologue nous éclaire sur ce paradoxe.

Certains la considèrent comme has-been ou pointent du doigt sa dimension commerciale, d'autres déplorent qu'elle ne résume l’amour que l’on porte à sa compagne ou à sa compagnon qu'à un seul jour dans l’année… Les célibataires, eux, évoquent un moment particulièrement pénible. La Saint-Valentin n’en reste pas moins questionnée, pour ne pas dire importante, dans une très large majorité des couples. Et même ceux qui font mine de la rejeter en bloc peuvent être rattrapés par leur romantisme de dernière minute : quand on croise un quidam tenant un bouquet de fleurs à la main, en acheter un pour l'élu(e) de son cœur relève du réflexe pavlovien. Notre appel à témoignages lancé sur Facebook se révèle d'ailleurs représentatif de cette ambivalence entre ultra-conscience du merchandising inhérent à cette célébration et besoin de consolider son amour, même le temps d'une soirée. 


Dans beaucoup des messages que nous avons reçus, des internautes regrettent ainsi que leur compagnon ne prenne pas davantage à cœur cette fête. Pour Priscilla, "mieux vaut passer la Saint-Valentin avec un pack de bière pour ne pas être déçue" ; aux yeux de Laurence, la Saint-Valentin n’est qu'un vaste désenchantement : "Tu te fais toute belle, toute sexy et ton petit ami préfère passer la soirée à jouer au jeu vidéo chez toi avec un pote...", vitupère-t-elle. Emmanuelle, quant à elle, se désole : "J'ai un conjoint qui ne veut pas la souhaiter alors que moi, très romantique, cela me plairait de la souhaiter chaque année, pour lui on n'a pas besoin de jour spécial pour ça."

Un "conformisme social amplifié par les réseaux sociaux"

Les chiffres confirment cette tendance : la Saint-Valentin reste un rituel amoureux auquel les Français sont très attachés. Selon un sondage Ipsos datant de 2013, 49% de ceux qui sont en couple déclarent fêter le 14 février "d’une façon ou d’une autre" (60% chez les moins de 35 ans). "Pas de tendance à la baisse", constate Mehdi Moussaid, auteur du livre Fouloscopie, ce que la foule dit de nous (éditions Humensciences) : "Contrairement à certaines fêtes comme Halloween, qui s’est diffusée en France au début des années 2000 à coup d’opérations marketing de grande ampleur, la Saint-Valentin est une tradition qui a des siècles d’histoire et qui a commencé à être exploitée par les commerçants (fleuristes, chocolatiers, etc..) dans les années 1950.  Et à part une très légère baisse autour de 2010, la fête des amoureux semble se porter à merveille."


Une preuve ? En regardant le volume des recherches sur Internet pour les mots clés “Saint Valentin” depuis 2004, on découvre un graphique parfaitement régulier, avec des pics systématiques autour du 14 février. 

Mais alors, comment expliquer concrètement la vivacité de ce rituel ? "Comme pour la majorité de nos comportements collectifs, la Saint-Valentin est en grande partie une affaire de conformisme social, celui-ci étant aujourd'hui amplifié par les réseaux sociaux, nous répond Mehdi Moussaid. Au même titre que nos habitudes alimentaires, nos préférences politiques ou notre attitude vis-a-vis de l’écologie, nous somme façonnés par ce que font et pensent les gens qui nous entourent".  Le sociologue poursuit : "Si vous fêtez la saint-Valentin, il y a des fortes chances pour que vos amis et vos proches fassent de même... et vice versa. Les analyses que nous conduisons sur les réseaux sociaux mettent en effet en évidence ces importants regroupements d’individus par similarité. Cela concerne de nombreux aspects de notre personnalité et de nos habitudes, comme le tabagisme, l’obésité et même le bonheur. Et il en est de même pour les pro- et les anti-Saint Valentin." De quoi entretenir encore longtemps la flamme de cette fête qu'on adore, ou pas, détester.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter