Selon une étude, l'infidélité des femmes a augmenté (mais reste inférieure à celle des hommes)

Vie de couple
ADULTÈRE MODE D'EMPLOI - Une étude menée par l'Ifop sur 5000 femmes européennes (dont 1000 Françaises) donne à voir la perception de l'infidélité dans notre société où "être une femme libérée, c'est toujours pas si facile".

Les femmes trompent de plus en plus, mais beaucoup moins que les hommes. C'est ce qui ressort d'un sondage Ifop*, cornaqué par la plateforme Gleeden.com, spécialisée dans les rencontres adultères. L'idée : voir où en est cette pratique constituant, selon l'étude, "une transgression des préceptes moraux pesant traditionnellement sur la sexualité féminine", à une heure où, en théorie, "#Metoo a réellement fait évoluer les représentations du couple et de la sexualité". 


Ce qui apparaît, c'est que durant les 50 dernières années, l'infidélité chez les femmes a bel et bien augmenté de façon continue, passant de 10 % en 1970, à 24 % en 2001 puis à 32 % en 2014. En 2019, une femme sur trois avoue avoir couché avec un autre homme que son partenaire actuel. Nonobstant, toujours cette étude, cette proportion demeure inférieure à celle des hommes (49% en 2018).

Pour quelles raisons les femmes ont trompé leur partenaire ? Les réponses à cette question mettent en avant un motif – l’attirance physique ou sexuelle pour un potentiel amant – qui met clairement en lumière la part purement individuelle et compulsive de leur sexualité : une Française sur deux (52%) explique sa dernière incartade par son attirance physique ou sexuelle pour la personne avec laquelle elle a couché, signe que l’infidélité féminine ne constitue pas uniquement une réponse à des problèmes au sein de couple. 

Vient ensuite le manque d’attentions du conjoint conjoint (47% des Françaises). La proportion de femmes expliquant leur aventure extra-conjugale comme une réponse à une infidélité masculine se révèle quant à elle plus confidentielle (18%). 

Union libre

Et en Europe, où se situent les Françaises en terme d'infidélité ? Sur la deuxième marche du podium, juste derrière les Allemandes, dont 43 % avouent sans tabou leur infidélité. Les femmes espagnoles sont les plus fidèles d'Europe (30 %), à l’inverse de leurs compatriotes masculins, juste derrière l'Italie en termes d'infidélité (50 %).

* Étude Ifop pour Gleeden.com réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 15 avril 2019 auprès d’un échantillon de 5 026 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus résidant en Italie, en Espagne, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter