"La trahison est un sentiment qui ne laisse pas place à la demi-mesure" : faut-il vraiment avouer une infidélité ?

Vie de couple

TOURMENTS - Dans la série "Infidèle", dont les épisodes 3 et 4 sont diffusés ce lundi soir sur TF1, une femme soupçonne son mari d'adultère et se retrouve en proie au doute, à l'ambivalence de ses sentiments. Que faire lorsque l'on se réalise trompé par son conjoint ou sa conjointe ? Un sexologue dispense ses conseils.

Dans la série Infidèle, il suffit d'un cheveu blond trouvé sur l'écharpe de son mari pour que la vie parfaitement réglée d'une femme bascule, découvrant au gré de son enquête que son mari la trompe depuis plusieurs mois. D’un côté, il y a la "trompée", jouée par Claire Keim ; de l’autre, le "trompeur", incarné par Jonathan Zaccaï. Dans les deux cas, la question se pose : faut-il avouer à l'autre ? 

Selon le sexologue Patrick Papazian, plusieurs options s’imposent au couple en berne : "Il faut se méfier des confessions pour se soulager, assure-t-il à LCI. S’il y a passage à l’acte isolé, sans signification, et regretté aussi vite qu’il a eu lieu, je ne suis pas certain que ce soit toujours la meilleure solution de soulager sa conscience de son ou sa partenaire car vous voyez parfois des couples ensemble depuis de nombreuses années littéralement "exploser" pour un mini-coup de canif dans le contrat. Tout simplement parce que la personne trompée ne peut absolument pas dépasser la trahison, se sent profondément et irrémédiablement remise en question et ne peut pas pardonner ou tourner la page." Quid alors pour la personne "trompeuse", infidèle une fois, par opportunisme ? "Elle doit parfois porter ce secret comme une condamnation et ne pas toujours chercher l’absolution." 

Lire aussi

Ne pas vivre avec le mensonge de la double-vie

Il importe en revanche de distinguer l’incartade d’un soir de la double vie, c'est-à-dire d'une relation sexuelle entretenue, répétée avec quelqu’un, a fortiori si la relation est également sentimentale. Une situation d'adultère qui réclame le dialogue : "Quand ils entretiennent une double vie, j’explique à mes patients qu’ils n’ont pas le choix : si la fidélité est de mise dans le couple, ils ne peuvent pas jouer ce double-jeu. Pas pour des raisons morales, mais par respect d’une personne qu'ils ont aimée et qu'ils aiment peut-être toujours."

Certes, il n’est pas facile d’avouer une liaison entretenue depuis plusieurs années. Mais un couple ne peut pas continuer sur un tel mensonge pour deux raisons, selon le sexologue : "D’une part, la découverte fortuite de cette liaison serait destructrice pour l’autre. D’autre part, cette liaison révèle des dysfonctionnements au sein du couple qu’il faut tenter de régler… si c’est encore possible." 

Précisons qu’il y a une "dimension santé" à ne pas négliger, soit le risque de contracter une maladie sexuellement transmissible : "Si l’on a pris des risques dans ce domaine, ne pas en parler à son ou sa partenaire, c’est l’exposer à des problèmes de santé et c’est tout simplement inacceptable. Du reste, c’est parfois la principale détresse exprimée par la personne trompée : comment a-t-il pu jouer avec ma santé ?"

Lire aussi

Refuser la politique de l’autruche

Justement, quand on est dans la position de la personne trompée et qu’on le comprend au gré d'indices, comme l’héroïne de la série Infidèle, que faire ? "La trahison est un sentiment qui ne laisse pas place à la demi-mesure. Se sentir trahi, c’est terrible, c’est un double-effondrement : son couple s’effondre… et l’estime que l’on a pour soi-même aussi, ça fait beaucoup pour une seule personne !" Et le sexologue d’essayer en consultation de faire comprendre à la personne trompée qu’elle n’est pas responsable : "Il y a parfois une forme de culpabilité et la personne se dit : 'Je n’ai pas fait ce qu’il fallait pour qu’il -ou elle- reste fidèle". 

Peut-être, mais un couple peut affronter ses difficultés ou se séparer sans passer par la case infidélité, donc il n’y avait aucune obligation ou "conditionnement" que l’autre aille "voir ailleurs", il ou elle a alors usé de son libre-arbitre !" Ainsi, si l’on a compris que l’on était trompé, il faut en parler au conjoint ou à la conjointe car il n’y a aucune raison de fermer les yeux : "Cela signifierait que vous n’avez pas assez d’estime de vous, que vous faites passer l’autre, ou le couple, avant votre amour-propre, c’est vivement déconseillé."

De même, la personne qui est infidèle peut aussi être écrasée par le poids de la culpabilité : "Il faut savoir l’écouter, la comprendre et la guider sur le chemin du dialogue avec son ou sa partenaire : une infidélité à répétition, ou s’accompagnant d’une infidélité sentimentale, de loin la plus problématique, ne peuvent pas être tues au sein du couple. La politique de l’autruche n’a jamais sauvé aucun couple. C’est souvent l’occasion de débuter une thérapie de couple pour faire le point, redéfinir les règles du couple, les ressorts de son fonctionnement et ses perceptives d’avenir." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter