Vacances d'été en famille, le mythe s'effondre : moins de sexe et davantage de prises de tête pour les parents

Vie de couple
FAMILLE, JE VOUS HAIS(ME) - Les vacances sont enfin là, et si on en profitait pour raviver la flamme ? Hélas, pour beaucoup de parents, cela n'est qu'un doux rêve. En effet, selon une étude qui vient de paraître, pendant cette période, un couple sur deux déclare passer moins de temps en tête à tête au profit des enfants.

Ah les vacances en famille, le soleil, le sable chaud... et une envie irrépressible de se retrouver à deux, une fois les enfants couchés. C'est sans compter le petit dernier qui ne fait toujours pas ses nuits ou la plus grande qui a décrété que minuit, c'est bien trop tôt pour aller dormir ! 


En effet, selon une étude Opinium, réalisée pour le site Groupon*, un couple sur deux (47%) déclare passer moins de temps en tête à tête pendant les vacances scolaires. Cela rend cette période redoutable pour la vie de couple. Résultat : une fatigue qui s'intensifie, moins de sexe et davantage de disputes. 


Ce que confirme la psychiatre et thérapeute de couple, Anne-Marie Lazartigues : "Pour tout un chacun, les vacances, c'est d'abord échapper aux contraintes professionnelles. Sauf que bien souvent, cela engendre une augmentation des contraintes familiales et finalement ce n'est guère plus reposant", dit-elle à LCI.  

Envie d’un rapprochement sous la couette ? Trop fatigués !

Et oui, c'est une réalité, s’occuper des enfants pendant les grandes vacances scolaires nuit aux plaisirs de la chair. Ainsi, toujours selon ce sondage, 40% des Français déclarent avoir moins de relations sexuelles pendant cette période. Un chiffre qui monte à 52% parmi ceux qui ont un enfant âgé de 14 à 16 ans. 


Premier obstacle, pour près d'un couple sur deux (48%), les enfants se couchent beaucoup plus tard qu’à l'accoutumée. Deuxième difficulté, il faut D-I-V-E-R-T-I-R les plus jeunes ; résultat, la fatigue s'accumule après des journées intenses à s’occuper d’eux (32%). 


Même constat pour les couples divorcés dont la garde alternée pèse aussi sur les relations sexuelles (29%) avec la difficulté notamment de se retrouver avec son partenaire au même moment. Pour pimenter le tout, les disputes augmentent également durant l’été avec 27% des parents qui trouvent que la pression exercée par l’organisation de la garde des enfants cause plus de prises de tête qu’à tout autre moment de l’année. 


Anne-Marie Lazartigues décrit très bien ces fameux parents désabusés qui ne savent plus comment faire pour retrouver un peu d'intimité : "J'entends régulièrement des couples qui attendent avec joie l'arrivée des vacances dans l'espoir de se rapprocher et qui finalement se rendent compte que cela n'est pas possible avec le petit dernier qui pleure toutes les nuits. C'est évident que cela n'améliore pas les relations, raconte-t-elle. D'autant moins qu'on n'élève plus ses enfants dans le respect de certaines règles. On peut, par exemple, dire à l'aîné : 'Ok c'est les vacances, tu peux te coucher un peu plus tard, mais pas après 23h. Il y a en effet un compromis à trouver pour récupérer un espace à deux". 

"Chéri(e), aide-moi !"

Autres solutions, pour un tiers des couples interrogés, il faudrait briser la routine habituelle en organisant par exemple un voyage en famille. Pour d'autres, il faudrait pouvoir s'appuyer davantage sur son partenaire. Ainsi, 20% des personnes sondées rêveraient de pouvoir faire une grasse matinée pendant que leur conjoint s’occupe de la routine matinale des enfants, 15% aimeraient que ce dernier prenne plus de jours de congé, 11% souhaiteraient lui confier intégralement l’organisation des vacances, tandis que 11% voudraient avoir plus de temps libre et 3% engager une super nounou ! 


Et notre thérapeute d'ajouter : "rien n'empêche non plus, si on a quatre semaines de vacances, de prendre 8 jours rien qu'à deux. Sans compter toutes les autres alternatives : grands-parents, centres aérés, clubs enfants... Résultat, on sera encore plus content de retrouver ses enfants après". 

En vidéo

Vacances : les centres aérés sont très plébiscités

*Etude Groupon et Institut Opinium Research réalisée auprès de 1.501 parents d’enfants de 5 à 16 ans, entre le 28 mai et le 6 juin 2019 en France, Allemagne, Italie, Espagne et Grande-Bretagne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter